Monaco a failli le faire

le
0

Après avoir totalement foiré leur début de match, les Monégasques sont parvenus à se réveiller en fin de partie pour finalement arracher une victoire, 2-1. Insuffisant, toutefois, pour retrouver la Ligue des Champions. Dommage.


Monaco - FC Valence
(2-1)

A. Raggi (17'), E. Echiejile (75') pour Monaco , Á. Negredo (3') pour FC Valence.


Quatre minutes. Pas une de plus. C'est le temps qu'il aura fallu à Alvaro Negredo pour éteindre la petite lueur d'espoir qui brillait encore dans les cœurs monégasques. Et quitte à briser des cœurs, autant le faire avec élégance. À la réception d'une passe en retrait foirée de Fabinho, l'attaquant espagnol accélère, pénètre dans la surface, avant de déclencher un amour de ballon piqué qui s'en va mourir dans le petit filet d'un Subasic impuissant. Un geste d'une beauté pure. Mais d'une beauté fatale, car avec sa délicate patte gauche, le joueur de Valence vient de briser les rêves monégasques. Sans même attendre la fin de la nuit. Car si Monaco est parvenu à s'offrir un dernier quart d'heure d'espoir après les buts de Raggi (18e) puis d'Echiejile (75e), la messe semblait déjà dite après cette quatrième minute de jeu. Le réveil monégasque a retenti beaucoup trop tard. Celui de Negredo, en revanche, était bien à l'heure.

Negredo cet homme pressé


Ils ont beau avoir deux buts d'avance, les Valenciens ne débarquent pas sur la pelouse de Louis II en spectateurs. Loin de là, même. Ce sont d'ailleurs eux qui démarrent cette partie pied au plancher : on ne joue que depuis deux minutes et, déjà, Subasic doit y aller de son exploit pour empêcher Mustafi d'ouvrir le score à bout portant. En face, les Monégasques sont impuissants, totalement dépassés par l'intensité du rythme imposé par les Espagnols et l'inéluctable arrive finalement plus tôt que prévu. À l'affut d'une mauvaise passe de Fabinho, Negredo s'en va tromper Subasic d'une merveille de balle piquée (4e). L'ASM ne pouvait pas imaginer pire entame. Il faut finalement attendre le quart d'heure de jeu pour voir les joueurs du Rocher sortir (enfin) la tête de l'eau, tirés par la force d'Andrea Raggi. À la réception d'un ballon mal renvoyé par la défense de Valence, le défenseur monégasque ne se pose pas de question et, en se…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant