Monaco 2005, Monaco 2015 : même combat ?

le
0
Monaco 2005, Monaco 2015 : même combat ?
Monaco 2005, Monaco 2015 : même combat ?

Il y a dix ans, l'AS Monaco se présentait face au Betis Séville pour tenter d'arracher sa place en Ligue des champions une troisième saison de rang. Ce mardi, l'ASM de Leonardo Jardim tentera contre le FC Valence de faire mieux que celle de Didier Deschamps. En 10 ans, qu'est-ce qui a changé en Principauté ?

  • Les capacités financières

    Lorsque l'AS Monaco prend un contre égalisateur du Bétis en toute fin de match le 24 août 2005, Didier Deschamps sait déjà à quoi s'en tenir, notamment à " des conséquences sportives et économiques ". Car cette équipe de Monaco a beau être supportée par le prince Albert, ses capacités financières ne sont pas extensibles, et la perte de la manne financière de la Ligue des champions devient un problème. Alors que le club a perdu plusieurs joueurs à l'intersaison, l'élimination face à Séville (0-1, 2-2) pousse la direction monégasque à avorter ses achats, car selon Gérard Brianti, le vice-président en charge des transferts, " recruter se justifie moins " sans la C1. Dix ans plus tard, l'AS Monaco n'a pas forcément à craindre une élimination contre le FC Valence : son recrutement est déjà quasiment bouclé dans le sens des arrivées, seuls Laywin Kurzawa et Aymen Abdennour peuvent se faire la malle en cas d'offre impossible à refuser, pas par nécessité économique. À part une perte de marge de manœuvre en raison du fair-play financier, l'ASM ne devrait pas être perturbée outre mesure : ses jeunes éléments peuvent prendre autant de valeur, voire plus en cas de gros parcours en Ligue Europa.

  • Fin de cycle contre nouvelle dynamique

    Lorsque l'AS Monaco se fait bouter hors de la Ligue des champions par le Real Bétis, le club princier vient de connaître quelques-unes de ses plus belles heures de gloire. Avec la finale de Ligue des champions 2004 tout d'abord, un parcours qui a vu la bande à Didier Deschamps atomiser le Deportivo La Corogne - alors un poids lourd européen - 8-3 en poules, puis sortir le Real Madrid et Chelsea sur la route d'une finale perdue sans appel contre le Porto de José Mourinho (0-3). La saison suivante, l'ASM goûte de nouveau à la seconde phase de la C1, mais se fait sortir dès les 8es par le PSV Eindhoven. La magie a quitté le navire, le dernier relent ayant permis d'humilier une nouvelle fois La Corogne au Riazor (0-5). Mais la sortie de route en barrage contre le Betis Séville en août 2005 est comme un chant du cygne : une belle prestation, pleine d'intensité et de bonnes intentions, mais sans réalisme. Dans la foulée, le club patauge en Ligue 1 et Didier Deschamps, qui entame alors sa cinquième saison sur place, quitte le club à l'automne, alors que le…



  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant