"Mon père voulait que je sois musicien ou footballeur"

le
0
"Mon père voulait que je sois musicien ou footballeur"
"Mon père voulait que je sois musicien ou footballeur"

"Mouiller le maillot", sa devise. Sur le terrain, on reconnaissait Pancho le Gitan à son engagement, sa hargne et ses cheveux longs. Aujourd'hui retraité, l'ancien défenseur s'occupe de la réserve de l'OM. Retour sur un destin atypique.

D'où vient le surnom Pancho ? Mon père me l'a donné à la naissance pour faire plaisir à mon grand-père qui s'appelait lui aussi Pancho. Pour l'anecdote, mon père a joué en CFA à l'OM.

Parle-moi de tes origines gitanes. Nous sommes des Gitans espagnols. Cette culture m'a aidé à me forger une personnalité, un caractère, une identité. On est une famille de battants, qui ne lâchent rien. La vie n'était pas rose tous les jours, donc on devait être soudé. Mes grands-parents ont souffert lorsqu'ils sont arrivés à Marseille. Ces origines, cette culture nous ont permis de surmonter pas mal d'épreuves. Mon grand-père est né à Valence, il est arrivé à 12 ans à Marseille. C'est aussi ici que sont nés mes parents, que je suis né et que mes enfants sont nés.

Mais qui es-tu donc, le joueur emblématique ?
Quelles épreuves avez-vous traversées ? Lorsque j'habitais à la Castellane, mon papa n'avait pas de quoi payer l'essence pour nous amener mes frères et moi à l'entraînement à Endoume, notre premier club. « Nos voisins prêtaient de l'argent à mon père pour qu'il puisse mettre de l'essence dans la voiture et m'emmener à l'entraînement. » Mais il voulait à tout prix que j'y aille. Son objectif, c'était que je devienne footballeur professionnel. Il m'a mis dans les meilleurs conditions pour que je puisse réussir. Les voisins lui prêtaient de l'argent pour mettre de l'essence dans la voiture. Ces mêmes voisins m'ont vu démarrer en pro à l'OM quelques années plus tard. Lorsqu'ils me demandaient des maillots, des survêtements du club, je leur donnais en double. Je devais les remercier pour ce qu'ils ont fait pour mes parents et pour moi.

Ton père était un ancien joueur, il voulait que tu deviennes pro, la situation économique de la famille était difficile. Tu n'avais pas trop de pression ? Oui, j'avais beaucoup de pression. Mon père a souffert étant petit. Il passait de boulot en boulot. Quand j'avais 9, 10 ans, il voulait qu'on réussisse, il ne nous a pas…







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant