Mokhtar Dahari, légende du foot malaisien

le
0
Mokhtar Dahari, légende du foot malaisien
Mokhtar Dahari, légende du foot malaisien

164e au classement FIFA, derrière des nations comme le Kosovo ou Saint-Vincent-et-les-Grenadines, la Malaisie a, un jour, compté dans ses rangs un joueur largement au-dessus du lot, un certain Mokhtar Dahari. C'était dans les années 70.

Le match amical, qui se dispute ce lundi matin (8h heure française) entre la Malaisie et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ne fait pas franchement saliver. Le 164e du classement FIFA face au 159e. Aucun joueur connu, ni d'un côté ni de l'autre. Ces deux nations semblent même n'avoir jamais existé dans le panorama du foot mondial. Faux ! Pendant un bref laps de temps, dans les années 70, la Malaisie a tenté de prouver au monde qu'elle pouvait faire entendre sa voix. Et elle l'a fait par l'intermédiaire d'un homme, qui a porté l'équipe sur ses frêles épaules. Mokhtar Dahari. Si ce nom est étranger à 99% des observateurs de foot, le bonhomme est pourtant le plus grand joueur de l'histoire du football malaisien. Une histoire belle, excitante, mais aussi dramatique.

Boulot l'aprèm, foot le soir


Elle débute donc en Malaisie dans les années 50. À Setapak, un 13 novembre 1953, très précisément. Aminah Binti Sharikan et Abeng Dahari, un jeune couple à peine marié, donnent naissance à leur premier enfant, Mokhtar. Abeng est conducteur de camions. Il gagne mal sa vie, mais veut offrir un bel avenir à son fils. Alors, en 1964, la petite famille déménage à Kampung Pandan, pour que Mokhtar puisse aller à l'école à Kuala Lumpur. Le gamin est plutôt bon élève, mais semble toutefois plus intéressé par le sport que par ses cahiers. Il s'essaie au badminton, au sepak takraw (un sport d'équipe proche du volleyball), au hockey. Mais c'est finalement le football qui va le conquérir. Son papa décide donc de l'inscrire au Selangor FA, le club local. Il débute dans l'équipe des jeunes, avec laquelle il va remporter la Burnley Youth Cup, puis est rapidement surclassé. À dix-sept ans, il se retrouve en équipe première, et son coach confie à papa Dahari qu'il n'a "jamais vu un joueur avec autant de talent dans les pieds ".


Pour rapporter un peu d'argent au foyer, Mokhtar le moustachu travaille l'après-midi dans une entreprise de développement (PKNS), et se rend aux entraînements

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant