Mokhtar Belmokhtar, le renard du désert

le
0
PORTRAIT - Surnommé « le borgne », l'émir d'AQMI, dont le Tchad annonce la mort, a été longtemps décrit comme un voyou islamisé. En janvier, il avait revendiqué l'attaque contre le site gazier d'In Amenas quelques jours après l'intervention française au Mali.

De l'armée rouge à l'armée française. Mokhtar Belmokhtar, alias Khaled Aboul Abbas, a successivement combattu en Afghanistan, en Algérie puis dans le Sahel. Pour les services de renseignements occidentaux, cet Algérien est un brigand de grand chemin, un voyou islamisé partagé entre la défense de ses intérêts et un fanatisme débridé. Né en 1972, il part à l'âge de dix-sept ans pour l'Arabie saoudite, le pays de transit des candidats au djihad en Afghanistan, où il passe par des camps d'entraînement et participe à des combats. Touché par un éclat d'obus, il perd un œil et gagne un surnom: «le borgne». Dans une rare interview accordée en 2007 à un forum salafiste, l'Algérien affirme avoir été captivé dès l...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant