Mois sans tabac : le défi collectif est lancé

le
0
Mois sans tabac : le défi collectif est lancé
Mois sans tabac : le défi collectif est lancé

Après tout, ils avaient bien commencé ensemble. A 13 ans, avec des paquets de dix cigarettes achetés dix francs à côté de l'école où ils se sont rencontrés. Alors, vingt ans, un mariage et deux enfants plus tard, c'est toujours ensemble qu'Anthony et Stéphanie ont décidé d'écraser leur dernier mégot. «La clope a toujours été associée à notre couple, fait remarquer Anthony. Mais, il y a trois semaines, alors qu'on en fumait une le soir, j'ai lancé à Stéphanie : Et si on arrêtait ?» «J'ai tout de suite dit oui. Seule, je n'y arrive pas. Le faire tous les deux est très motivant et a vraiment du sens», poursuit Stéphanie de sa voix raillée par la quarantaine de cigarettes quotidiennes.

QUESTION DU JOUR. Selon vous, des opérations comme «Moi(s) sans tabac» sont-elles utiles pour arrêter de fumer?

Comme eux, ils sont déjà près de 100 000 à s'être inscrits au défi collectif #MoisSansTabac, qui récidive tout novembre après son succès de l'an passé. Objectif : stopper trente jours (et plus si affinité) en s'entraidant par la formation d'équipes, de binômes ou en cherchant de la motivation sur les réseaux sociaux créés pour l'opération.

Leurs trucs et astuces

«Anthony est plus calme, j'attends de lui qu'il m'encourage, qu'il me dise que j'en suis capable, que je peux continuer à diminuer progressivement ma consommation», liste la jeune femme de 34 ans. «Même si je suis le plus motivé, je suis sûr qu'elle me boostera. Elle sait ce que c'est que fumer, elle ne sera pas dans le jugement», reprend son époux. Alors, pour mener à bien leur «mission», eux qui travaillent tous les deux dans la cosmétique se sont mis au parfum des trucs et astuces : achat de vapoteuses, inscription sur le groupe Facebook, plan pour réduire au fur et à mesure...

Car pour le couple installé à Saint-Denis-d'Aclon (Seine-Maritime), certes il y a le spectre de l'augmentation du prix du paquet (+ 3 ¤ d'ici à novembre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant