Moirans : vaste coup de filet dans le camp des gens du voyage

le
1
Firefighters extinguish a blaze of burning cars following a series of violent incidents on October 20, 2015 in Moirans, near Grenoble. Some one hundred people from a travellers camp disrupted railway traffic, burned cars and vandalized a restaurant, demanding that a man currently imprisoned be allowed to attend a relative's funeral. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES
Firefighters extinguish a blaze of burning cars following a series of violent incidents on October 20, 2015 in Moirans, near Grenoble. Some one hundred people from a travellers camp disrupted railway traffic, burned cars and vandalized a restaurant, demanding that a man currently imprisoned be allowed to attend a relative's funeral. AFP PHOTO/PHILIPPE DESMAZES

Les violences qui s'étaient produites à Moirans (Isère) à l'automne dernier avaient eu un retentissement national. Exigeant la libération temporaire de l'un des leurs qui était incarcéré afin qu'il puisse assister à l'enterrement de son frère, une cinquantaine de personnes issues de ce camp de gens du voyage proche de Grenoble avaient incendié des voitures et bloqué le trafic SNCF, le 20 octobre.

Ce lundi 18 janvier au petit matin, une vaste opération de gendarmerie a visé à retrouver les auteurs de ces actes de vandalisme. Treize personnes ont été interpellées lors d'une vaste opération menée par près de 300 gendarmes. L'opération a commencé vers 6 heures, notamment dans un camp de gens du voyage situé en contrebas de la gare de Moirans, précise la chaîne i>Télé, qui a révélé l'information. Elle se déroule dans le cadre d'une information judiciaire contre X ouverte le 12 novembre par le parquet de Grenoble. Au total, 20 suspects sont recherchés par les forces de l'ordre.

L'émeute, intervenue après un premier blocage spectaculaire de l'autoroute A1 par des gens du voyage à Roye (Somme) à la fin août, avait eu un fort écho médiatique. Le gouvernement étant accusé de laxisme face à ces incidents.

Des dizaines d'individus avaient, en effet, défié les forces de l'ordre pendant de longues heures. Les violences n'avaient fait aucun blessé, mais une...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • s.thual il y a 11 mois

    Moirang, ,,,' est pas en France ? Quelle honte ce sous titre en langue étrangère. A quoi pensent le journal eux qui fait son article....