Moins de pollution de l'air éviterait 19.000 décès en Europe

le
0
INFOGRAPHIE - Le taux de particules fines dans les grandes villes du continent européen dépasse les normes OMS.

Les preuves s'accumulent. Les pollutions qui saturent parfois l'atmosphère sont terriblement nocives pour la santé. Une grande étude européenne (Aphekom) menée durant trois ans dans douze pays européens et pilotée par l'Invs (Institut de veille sanitaire) en apporte une nouvelle fois la preuve. «L'évaluation de l'impact sanitaire dans 25 grandes villes européennes montre que l'espérance de vie pourrait augmenter jusqu'à 22 mois pour les personnes âgées de trente ans et plus si les normes OMS en matière de particules fines étaient respectées», souligne Christophe Declercq, épidémiologiste à l'Invs. Les particules fines dites PM 2,5 sont des poussières d'une taille inférieure ou égale à 2,5 micromètres, soit la taille d'une bactérie et la valeur seuil de l'OMS est de 10 microgrammes par mètre cube.

Cette valeur n'est respectée par aucune des villes étudiées, à l'exception de Stockholm (Suède). «Cela permettrait d'éviter environ 19.000 décès par an en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant