Moins d'offre, donc records attendus pour le bitcoin en 2016

le
0
LE BITCOIN DEVRAIT ATTEINDRE DES RECORDS EN 2016
LE BITCOIN DEVRAIT ATTEINDRE DES RECORDS EN 2016

par Jemima Kelly

LONDRES (Reuters) - Le cours du bitcoin pourrait bien s'envoler encore en 2016, non pas en raison du financement de divers trafics grâce au web caché ou d'une quelconque pyramide de ponzi virtuelle, mais pour un motif plus prosaïque et conforme aux principes économiques les plus couramment admis : un ralentissement de l'offre.

Le bitcoin est une crypto-monnaie développée et échangée sur internet qui permet de réaliser des paiements rapidement et anonymement sans contrôle par une autorité centrale. Si le bitcoin est parfois présenté comme la future monnaie numérique, ses détracteurs la juge trop volatile et trop opaque pour prétendre au statut de monnaie.

Les choses pourraient changer l'année prochaine, le cours du bitcoin étant appelé à évoluer en fonction de la loi de l'offre et de la demande qui s'applique pour les monnaies traditionnelles.

En l'absence de contrôle par une banque centrale, le bitcoin repose sur une validation par un réseau d'ordinateurs qui concourent pour authentifier une chaîne de transactions toutes les dix minutes, une opération appelée "minage".

Celle-ci requiert aujourd'hui de lourds investissements, même si en théorie toute personne peut utiliser son ordinateur pour participer à la réolution des calculs.

Le premier participant qui parvient à authentifier une chaîne de transactions se voit créditer de 25 nouveaux bitcoins, représentant l'équivalent d'environ $11.000 (10.000 euros), au cours actuel.

Conçu en 2008 par un développeur non identifié et utilisant le pseudonyme de "Satoshi Nakamoto", le système du bitcoin prévoyait une division par deux de la rétribution associée à l'authentification d'une chaîne de transactions tous les quatre ans environ, afin de contrôler la création de nouveaux bitcoins. La prochaine division par deux doit intervenir en juillet 2016.

Le bitcoin est par ailleurs conçu pour imiter une matière première ou un métal précieux comme l'or avec un montant émis à terme plafonné à 21 millions d'unités contre 15 millions actuellement.

Il est prévu que ce plafond soit atteint dans 125 ans, d'où le terme de "minage", la création de chaque nouveau bitcoin demandant toujours plus d'efforts et d'investissements comme l'extraction d'une matière première censée être de plus en plus rare.

Daniel Masters, co-dirigeant du fonds spéculatif Global Advisors spécialisé sur le bitcoin et installé à Jersey, a commencé sa carrière au milieu des années 80 comme trader sur le pétrole pour Shell et a passé 30 ans dans le trading de matières premières avant de se consacrer au bitcoin.

Il estime que le cours du bitcoin pourrait tester ses pics de 2013 au-dessus de 1.100 dollars l'année prochaine, la hausse s'accélérant ensuite avec un objectif à 4.400 dollars à la fin 2017.

L'OFFRE ET LA DEMANDE

Plusieurs facteurs contribueront à cette envolée selon Daniel Masters, de l'acceptation grandissante du bitcoin par de grandes entreprises et institutions aux investissements de plus en plus importants dans la technologie "blockchain" qui sous-tend les transactions en bitcoin en passant par une hausse de la demande en provenance de Chine avec l'affaiblissement du yuan et le ralentissement de la croissance.

La seule division par deux de la rétribution du "minage" entraînera une hausse de 50% du cours par rapport aux niveaux actuels, selon lui. Et cela en dépit du fait que le calendrier des divisions par deux de la rétribution est connu depuis l'origine du bitcoin, ce qui sur n'importe quel autre marché aurait été reflété dans les cours.

"Si l'Opep disait demain : 'dans six mois, nous allons diviser par deux la production de pétrole', les cours du pétrole réagiraient instantanément. Mais le marché du bitcoin n'en est qu'à ses débuts et je pense que ce facteur n'est pas encore pleinement reflété dans les cours", estime Daniel Masters.

Le cours du bitcoin a déjà pratiquement doublé au cours des trois derniers mois et la monnaie virtuelle est bien partie pour connaître sa plus forte hausse trimestrielle depuis deux ans.

Il a atteint 500 dollars le mois dernier pour la première fois depuis août 2014, la demande chinoise en lien avec une escroquerie pyramidale orchestrée par un fraudeur russe étant toutefois citée comme l'un des motifs de la hausse.

Pour Bobby Lee, directeur général de BTCC, l'une des principales plateformes chinoises d'échange de bitcoins, la division par deux de la rétribution pourrait entraîner une multiplication du cours du bitcoin par huit d'ici son entrée en vigueur. Il atteindrait ainsi 3.500 dollars à l'horizon de l'été 2016.

"Actuellement, la valeur du bitcoin est d'un dollar par habitant de la planète", relève Bobby Lee en ramenant la valeur des bitcoins en circulation, soit environ 6,5 milliards de dollars, à la population mondiale. "Pour un actif aussi innovant, numérisé et décentralisé, je crois qu'il faut se demander s'il n'est pas sous-évalué. Mais, il faut un peu de temps pour que les gens le réalisent."

La rétribution du "minage" a déjà été divisée par deux une fois, en novembre 2012, passant de 50 à 25 bitcoins. Les enjeux étaient moindres avec une valeur du bitcoin de 12 dollars environ à l'époque mais les cours avaient alors flambé de 150% dans les sept mois précédents, soit la période restant à courir jusqu'à la prochaine réduction de moitié.

"Si (la division par deux) réduit l'offre, alors, toutes choses restant égales par ailleurs cela va exercer une pression à la hausse sur le cours", dit Jeremy Millar, associé de Magister Advisors, un cabinet de consultants spécialisés sur la finance et les technologies, qui s'attend par ailleurs à une poursuite de la hausse de la demande.

"Personne ne peut être en désaccord avec cette loi économique fondamentale."

(Marc Joanny pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant