Moins d'épargne pour les Français les plus jeunes et les plus âgés

le
2
Selon l'Insee, les ménages épargnent pour plusieurs raisons: par précaution, en vue de réaliser un investissement, ou encore de transmettre un patrimoine. Robert Kneschke /shutterstock.com
Selon l'Insee, les ménages épargnent pour plusieurs raisons: par précaution, en vue de réaliser un investissement, ou encore de transmettre un patrimoine. Robert Kneschke /shutterstock.com

(AFP) - En 2009, les Français ont épargné l'équivalent de 16% de leurs revenus, un taux qui masque de fortes disparités puisque les plus jeunes, les plus âgés, et les familles d'au moins deux enfants thésaurisent moins que les autres, souligne l'Insee mercredi.

La moitié de la population a épargné cette année-là plus de 13% de ses revenus, l'autre moitié moins de 13%, précise l'Insee dans son étude intitulée "Les revenus et le patrimoine des ménages".

Sans surprise, "le taux d'épargne augmente avec le revenu": "Négatif pour les ménages les plus modestes, il représente plus d'un tiers des revenus pour les ménages les plus aisés."

"Il semble qu'une fois atteint un certain niveau de patrimoine, les ménages continueraient d'épargner, mais moins", souligne l'étude.

Selon l'Insee, les ménages épargnent pour plusieurs raisons: par précaution, en vue de réaliser un investissement, ou encore de transmettre un patrimoine.

L'Institut de la statistique met en évidence de grosses disparités du taux d'épargne en fonction de l'âge et de la configuration familiale.

Ainsi le taux d'épargne médian est bien plus élevé pour les ménages dont la personne de référence a entre 30 et 59 ans (entre 14% et 19% selon les tranches d'âge) que pour les plus jeunes (3% pour les ménages dont la personne de référence a moins de 30 ans), ou les plus âgés (entre 8% et 14% selon les tranches d'âges).

"En fin de vie, la baisse du taux d'épargne existe bien mais n'est pas si importante que cela, peut-être parce que l'on ressent l'envie de transmettre quelque chose à ses enfants", a souligné Cédric Houdré, chef de la division revenus et patrimoine des ménages lors d'une conférence de presse.

Le taux d'épargne médian des couples avec au moins deux enfants "est significativement plus faible que celui des couples sans enfant", relève aussi l'Insee. "A revenus donné, les dépenses occasionnées par la présence de plusieurs enfants au sein du ménage peuvent expliquer ce phénomène", précise l'Institut de la statistique.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gnapi le mercredi 2 juil 2014 à 17:29

    Ils n'ont pas d'enfant à l'Insee ? ou tout au moins pas chez ceux qui commentent cette étude.

  • gnapi le mercredi 2 juil 2014 à 17:29

    Et l'impact des modifications fiscales (quotient familial) ou hausses des cotisations patronales et salariales (garde à domicile) ou fiscalisation de la mutuelle employeur (pas le même tarif si célibataire ou famille) ? Ce n'est pas uniquement dû à des dépenses accrus dû aux enfants.