Moins Bleus que tes yeux

le
0
Moins Bleus que tes yeux
Moins Bleus que tes yeux

Pas toujours créatifs offensivement et plutôt fébrile défensivement, les joueurs de l'équipe de France sont venus à bout de l'Arménie au terme d'un rencontre sans réel rythme et donc, sans véritables enseignements.


Arménie - France
(0-3)

L. Rémy (6'), A. Gignac (55'), A. Griezmann (82') pour France.



Vu que le poids et l'ennui lui courbent le dos, Didier Deschamps est assis. De son banc de touche, il peut contempler le chantier qu'il lui reste jusqu'à l'Euro 2016. Si la misère est moins pénible sous les 16 degrés d'Erevan, le sélectionneur de l'équipe de France sait bien que son escouade peut mieux faire. Usée par les accélération de l'hyper-milieudeterrain Sarkisov, l'arrière-garde tricolore inquiète tandis qu'avec ses maigres idées, l'attaque peine à se projeter en haut de l'affiche. S'ils se sont finalement imposés 3 à 0 au terme d'une rencontre aussi triste que Venise, les Bleus quittent l'Arménie en laissant là cette rencontre, sans aucun remords.
Défense fragile, attaque frigide
Hier encore, André-Pierre Gignac avait 20 ans et quelques kilos en plus. Hier, c'était il y a très exactement cinq ans, jour de son dernier but pour l'équipe de France. S'il a eu ses emmerdes depuis, l'attaquant marseillais, titularisé par Didier Deschamps, ne se laisse pas aller. Très actif sur le front de l'attaque, APG profite du relâchement de l'étreinte arménienne et d'une merveille d'ouverture de Jérémy Mathieu pour filer au but. Si le contrôle est bon, la frappe écrasée rappelle que Dédé a récemment été à l'ombre du show business et du Vélodrome. Mais quand on est en pleine bourre, ce genre de loupé se transforme en passe décisif pour un Loïc Rémy opportuniste qui ouvre le score malgré une bonne entame du onze arménien. Costauds dans l'intensité et emmenés par une bonne doublette Sarkisov Pizzelli, les locaux font mal à la défense française, excepté Varane, toujours aussi formidable. L'arrière-garde de Bleus, en galère à la relance et sur les côtés, se fait d'ailleurs très peur sur une accélération de Marcos Pizzelli, mais voit son tir détourné par Mandanda. Emoussé physiquement, le onze arménien baisse le pied et Gignac en profite pour donner un excellent ballon en profondeur à Loïc Rémy. L'ancien phocéen glisse sur son contrôle mais parvient à enrouler un ballon qui s'en va...








...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant