Moines de Tibéhirine : leurs familles accusent Alger de bloquer l'enquête

le
1
Moines de Tibéhirine : leurs familles accusent Alger de bloquer l'enquête
Moines de Tibéhirine : leurs familles accusent Alger de bloquer l'enquête

Les familles françaises des moines de Tibehirine exhortent l'Algérie à coopérer, en livrant enfin les éléments de preuve d'où peut jaillir enfin la vérité sur leur assassinat en 1996, durant la décennie noire du terrorisme, près de Médéa, à une centaine de kilomètres de la capitale.

Près de vingt ans après, rien n'est encore éclairci sur les commanditaires ni les assassins des religieux français enlevés dans leur monastère avant d'être décapités. Alger privilégie toujours la thèse islamiste alors que des témoignages évoquent une bavure de l'armée.

Jeudi, l'avocat des familles a dénoncé une «confiscation des preuves» par l'Algérie qui a refusé que le juge d'instruction français, Marc Trevidic, rentre en France avec les prélèvements réalisés sur les dépouilles des religieux. Lors d'une conférence de presse à Paris, Me Patrick Baudouin a évoqué leur «terrible déception» de voir ces investigations bloquées «par ce refus de transfert en France des prélèvements opérés» par l'équipe du juge Trevidic qui s'est rendu la semaine dernière en Algérie.

VIDEO. Tibéhirine : les familles dénoncent «une confiscation» des preuves

Le pouvoir algérien évoque la «souveraineté nationale»

Si Me Baudouin a reconnu une certaine «satisfaction d'avoir enfin pu avoir cette visite», très attendue par les familles, il a déploré «une situation vraiment plus inadmissible que jamais». Et l'avocat d'insister: «On est en train de nous priver des preuves qui ont été rassemblées (...) il y a une confiscation de ces preuves par les autorités algériennes et donc une poursuite du blocage et des entraves que nous avons constamment rencontrées au fil de l'évolution de ce dossier».

Selon lui, si ce blocage persiste «on pourra en déduire que c'est une sorte d'aveu, de reconnaissance d'une implication des services algériens». La thèse officielle d'un crime commis par des islamistes a été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bcauss le jeudi 23 oct 2014 à 14:50

    il fut un temps où quand ils se permettaient d'insulter notre ambassadeur on leur mettait une bonne raclée ...; aujourd'hui ils nous piétinent ... et on s'excuse