Moines de Tibéhirine: l'Algérie reporte la visite du juge Trévidic

le
0
Moines de Tibéhirine: l'Algérie reporte la visite du juge Trévidic
Moines de Tibéhirine: l'Algérie reporte la visite du juge Trévidic

L'Algérie a reporté la visite prévue à partir de dimanche du juge Marc Trévidic, qui devait procéder à l'exhumation des têtes des sept moines cisterciens de Tibéhirine assassinés en 1996. Les proches des moines se disent déçus. Cette exhumation, que les magistrats instructeurs réclamaient depuis plus de deux ans, avait été acceptée cet automne par les autorités algériennes lors du premier déplacement du juge à Alger. Et côté français, tout était prêt pour cette visite impliquant une importante organisation logistique.

«C'est pour nous une immense déception et un camouflet infligé à la justice française, a réagi l'avocat des proches des familles des religieux, Me Patrick Baudouin. Le magistrat de liaison algérien en France a indiqué au juge Trévidic que tout n'était pas prêt pour cette visite».

De source judiciaire, on a précisé que cette visite était reportée «à fin mai-début juin».  Après l'élection présidentielle algérienne prévue le 17 avril prochain. «Nous espérons sincèrement que ce déplacement aura lieu», a déclaré Me Baudouin. «Mais je suis sceptique, car nous sommes menés en bateau depuis si longtemps dans cette affaire», a-t-il ajouté, en s'interrogeant sur une éventuelle relation entre ce report soudain et «le climat délétère en Algérie à l'approche de la présidentielle».

Rapt revendiqué par le GIA

Les moines de l'Ordre de Cîteaux de la stricte observance, Christian de Chergé, Luc Dochier, Paul Favre-Miville, Michel Fleury, Christophe Lebreton, Bruno Lemarchand et Célestin Ringeard, avaient été enlevés dans la nuit du 26 au 27 mars 1996 par un groupe d'hommes armés dans leur monastère isolé de Tibéhirine, près de Medea (nord-ouest).

Ce rapt avait été revendiqué un mois plus tard par le GIA (Groupe islamique armé) via un communiqué signé de son «émir» Djamel Zitouni, le présumé commanditaire des attentats de 1995 en France. Il proposait un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant