Moi, le Ventoux, je leur fais peur

le , mis à jour à 06:13
0
Moi, le Ventoux, je leur fais peur
Moi, le Ventoux, je leur fais peur

Il paraît que je suis une légende. Tout juste. Et vous allez vous en apercevoir si vous ne le savez pas encore. D'ailleurs, tiens, aujourd'hui, avec mon copain le mistral qui m'accompagne la moitié de l'année, on a décidé que cette ribambelle de maigrichons moulés dans leur tunique ne viendrait pas me titiller les moustaches ni me bourdonner dans les oreilles. Je veux bien me laisser chatouiller le nombril, pas plus. Ils ne dépasseront pas le chalet Reynard. Vous en connaissez beaucoup, vous, qui dictent leur loi au Tour de France ? Mais n'allez surtout pas croire que ça va être une promenade de santé. Vous allez voir...

 

Je m'appelle le mont Ventoux, la montagne qu'on aperçoit de loin, le géant de Provence, le mont chauve. Je fais mal et je fais peur. Du début à la fin. Et si le petit Quintana veut enfin se prendre pour un grand et qu'il attaque à mon pied, ça pourrait bien finir en épopée. Une de plus. Car j'en ai connu des cadors, des glorieux. Je les ai sacrés parfois, je les ai fait souffrir, toujours. J'ai même tué et j'en suis désolé. Souvenez-vous, Tom Simpson n'avait pas 30 ans et il a eu le tort d'ingurgiter des amphétamines. Avec la chaleur et l'épuisement, l'alcool sans doute aussi, le jeune Anglais est mort sur mon dos le 13 juillet 1967.

 

Merckx aussi a failli y passer. En 1970, il a coupé la ligne en vainqueur, mais il a fini sous oxygène, dans l'ambulance. On m'escalade depuis 1951 -- Bobet avait gagné l'étape -- mais l'arrivée a été jugée neuf fois sur mes pentes à partir de 1958. Jugez plutôt des lauréats : Gaul (1958), Poulidor (1965), Merckx (1970), Thévenet (1972), Bernard (1987), Pantani (2000), Virenque (2002), Garate (2009) et Froome (2013). Les champions me veulent, c'est comme ça. Il faut dire que je suis unique, un mélange de tout : de la vigne d'abord, de la forêt ensuite et enfin de la pierre, 1 911 m à la toise, 7,5 % de moyenne... J'en parlais à Bernard Thévenet l'autre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant