Mohun Bagan, légende indienne en danger

le
0
Mohun Bagan, légende indienne en danger
Mohun Bagan, légende indienne en danger

La première division indienne reprend ce samedi. Le champion en titre, club de 125 ans et adulé par 10 millions de fans, est concurrencé par l'ISL et miné par de graves problèmes financiers.

"Mec, dans la foule, j'en ai perdu ma sandale. C'était complètement fou !" Rahul, la vingtaine, se souvient de la journée du 31 mai dernier. Une soirée avec des litres de bière et une fête jusqu'à l'aube dans les rues de Kolkata (ex-Calcutta, capitale du West Bengal). Son club fétiche, Mohun Bagan, venait d'être sacré champion d'I-League, la première division indienne. "Toutes les avenues de l'aéroport jusqu'au centre d'entraînement étaient bondées. Je n'avais jamais vu ça", continue-t-il. Le club le plus titré d'Inde, fondé en 1889, renouait avec son glorieux passé.

Car Mohun Bagan est connu dans tout le pays, y compris par les Indiens ne pigeant rien au foot. En 1911, l'équipe est la première à battre les colons britanniques en finale de l'IFA Shield, avec des joueurs pieds nus. Une date clé dans la lutte pour l'indépendance de l'Inde. La légende s'entretient avec une rivalité dingue contre East Bengal, l'autre grand club de Kolkata. Le derby attire régulièrement 75 000 personnes, au minimum. Un pic de 131 000 spectateurs a été atteint en 1997. "Ce match est dans le sang des Bengalis. On est supporter de Mohun Bagan ou de East Bengal à la naissance", résume Sanjoy Sen, l'entraîneur de Mohun Bagan. Les petites histoires et la démesure des 10 millions de fans dans tout le pays font le reste : un vendeur de thé qui vend sa maison pour voir son équipe en déplacement, un supporter qui se suicide après une lourde défaite... "C'est notre vie. Si je rate un match, ça me coupe l'appétit", clame Arghar, 20 ans.

Aucune boutique officielle en ville contrairement à... Manchester United


La passion et le titre de champion ont toutefois du mal à masquer ce qu'est devenu Mohun Bagan aujourd'hui : un club au bord de la banqueroute, symbolisant le vieux foot indien dépassé par l'arrivée de l'Indian Super League (ISL), tournoi privé entre huit franchises. "Mohun Bagan dira que leur affluence est meilleure, mais le derby contre East Bengal ne fait pas tout. On est autour de 10 000 personnes en moyenne (contre 27 000 en ISL, ndlr)", précise Dhiman Sarkar, journaliste au Hindustan Times. Au club, on sert le refrain habituel. "Les fans sont plus importants que l'argent. Alors, bien sûr, l'ISL a ramené du monde au stade. C'est bien de voir des…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant