Mohammed Oussedik : « Une spirale infernale se construit pas à pas »

le , mis à jour à 10:26
6
Mohammed Oussedik : « Une spirale infernale se construit pas à pas »
Mohammed Oussedik : « Une spirale infernale se construit pas à pas »

Faut-il avoir peur des accords d'entreprise ? OUI, répond Mohammed Oussedik, membre de la direction nationale de la CGT, en charge de la campagne sur la réduction du temps de travail à 32 heures. « Ce sont les accords de branche qui ont permis d’avoir autant de sujets à négocier »

 

Les accords d'entreprise ne sont-ils pas plus adaptés au terrain ?

MOHAMMED OUSSEDIK. Les branches sont composées d'employeurs et de représentants syndicaux qui viennent des entreprises ! Mais négocier au niveau des branches permet de fournir un cadre aux entreprises d'un secteur, ce qui évite les distorsions de la concurrence et un dumping social dont les salariés seraient les victimes. L'article 2 de la loi El Khomri ouvre la possibilité de négocier au niveau des entreprises des dispositions moins favorables que la branche sur le temps de travail, les congés et le temps de repos. C'est un appel d'air à la déréglementation dans un sens défavorable aux salariés. Ceci est d'autant plus intolérable que « les accords pour le maintien de l'emploi » prévus par la loi préconisent que, pendant cinq ans, les salariés peuvent subir une hausse de leur temps de travail et une baisse salariale et qu'en cas de refus ils pourront être licenciés pour motif personnel, donc avec des indemnisations réduites. C'est une spirale infernale qui se construit pas à pas.

 

Pourquoi ne faites-vous pas confiance aux syndicats sur le terrain ?

En 2014, 950 accords de branche et 36 500 accords d'entreprise, souvent plus favorables aux salariés, ont été signés. La CGT en a signé près de 9 sur 10 dans les entreprises. Ce sont les accords de branche qui ont permis d'avoir autant de sujets à négocier dans les entreprises. Si on enlève ce cadre, on risque d'avoir des accords d'entreprise défavorables aux salariés. C'est déjà le cas des accords de maintien de l'emploi qui permettent à l'employeur de baisser les salaires et d'augmenter le temps de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • CHANOMAR il y a 6 mois

    comment des syndicats ouvrier peuvent signer cette loi el kromeri ils ne savent pas lires ou ils sont graissés par les patrons

  • Berg690 il y a 6 mois

    Vive l' emploi précaire et sous payé voulu par nos chers patrons!

  • 8187113 il y a 6 mois

    Depuis 30 ans, nous sommes en France dans la spirale infernale du chômage. C'est le choix défendu par la CGT.

  • M8252219 il y a 6 mois

    Nous ne sommes plus en 36 les profiteurs ont changés de camp. Ils sont tous les statuts spéciaux qui vivent aux crochet des entreprises , des salariés du privé et des contribuables .

  • jphr63 il y a 6 mois

    à Alger la situation est bien meilleure.......

  • mxnagg il y a 6 mois

    Et dans le Role de IZNOGOOD : the Winner is ...