Mohammad Javad Zarif, tête de pont entre l'Iran et les Occidentaux

le
0
Le ministre iranien des Affaires étrangères a beau avoir passé ses jeunes années aux États-Unis, il est aussi un pur produit du régime islamique, empreint d'une certaine méfiance à l'égard de l'Amérique

Correspondante au Moyen-Orient

Il est la nouvelle vitrine de l'Iran à l'étranger, le visage d'un pays isolé qui cherche à sortir de sa coquille. Costume gris sombre, chemise sans col et barbe élégamment taillée, Mohammad Javad Zarif porte une double-casquette inédite dans l'histoire de la République islamique: ministre des Affaires étrangères, il est aussi le négociateur en chef dans les pourparlers sur le nucléaire, qui ont repris ce jeudi à Genève.

Le mois dernier, lors du premier volet des discussions entre Téhéran et le groupe des 5 + 1 (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), le diplomate de 53 ans s'est distingué par son sens du dialogue et par sa parfaite maîtrise de l'anglais. Un virage à 180 degrés par rapport...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant