Mohamed Bradja veut que ses joueurs respectent le club

le
0

Mohamed Bradja ne pouvait cacher sa déception suite au revers concédé dans les toutes dernières minutes par Troyes contre Angers samedi (0-1). Un résultat entérinant la relégation de l'ESTAC en L2, même si le patron du staff actuel souhaite terminer la saison dignement.

Mohamed Bradja, est-ce difficile de digérer cette défaite concédée dans les arrêts de jeu contre Angers samedi (0-1) qui scelle la relégation de Troyes en L2 ?
C’est cruel. Sur la physionomie du match, on aurait pu ouvrir le score bien avant qu’on encaisse ce malheureux but dans les arrêts de jeu. Autant on aurait pu en prendre un auparavant sur une acton chaude, autant (Alexandre) Letellier a fait les arrêts qu’il fallait. C’est le résumé de la saison pour nous : le ballon est contré et rentre. C’est cruel effectivement.

Quel est votre sentiment sur la prestation de votre équipe ?
On a vu que l’équipe a été assez cohérente, les joueurs n’ont pas baissé les bras. Ils ont fait ce qu’on leur avait demandé, c’est-à-dire être dignes et fiers de porter ce maillot. On a pu le voir sur ce match, on peut donc les féliciter. Il n’y a malheureusement pas le résultat au bout. On peut dire merci, merci, merci, mais à l’arrivée, on perd. C’est cruel pour les joueurs et tous les efforts consentis. Ils ne sont pas récompensés par cette première victoire à domicile qu’on attend.

Comment vivez-vous l’échec désormais officiel dans la course au maintien ?
La relégation est là certes, parce qu’elle est actée ce soir. Mais en même temps, dans le fond, avec le chemin, n’était-il pas déjà acquis qu’on soit en L2 depuis longtemps ? L’idée, c’est de continuer et de montrer le visage qu’on a pu avoir ce soir (samedi). Il ne faut pas baisser les bras. Tout le monde a une carte à jouer.

Quel sera votre discours dans les prochaines semaines pour maintenir vos joueurs mobilisés ?
On va insister sur le respect de soi-même et le respect du club. Ce sont des bons joueurs et des bons mecs, ils n’ont pas à l’esprit de vouloir tout abandonner. Si on voit qu’il y en a qui baissent les bras, on fera appel à d’autres. Mais je ne le pense pas. Ils ont travaillé comme des dingues cette semaine et malheureusement, ils ne sont pas récompensés.

Hasard du calendrier, vous recevrez Reims dans deux semaines pour une affiche à la saveur forcément particulière...
Quelle que soit l’équipe qui viendra à Troyes la prochaine fois, on aura toujours l’envie de remporter ce premier match à domicile. Il se trouve que c’est le Stade de Reims et qu’effectivement, ce sera un derby, un match différent. On va s’attacher à remporter ce premier match, comme on avait envie de le faire aujourd’hui.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant