Mohamed Ali est décédé 

le
0

Légende du sport, Mohamed Ali est mort dans la nuit de vendredi à samedi, à l'âge de 74 ans.

Mohamed Ali s'est éteint dans la nuit de vendredi à samedi à Phoenix (Arizona), à l'âge de 74 ans. The Greatest était hospitalisé depuis jeudi pour un problème respiratoire. « Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l'âge de 74 ans », a annoncé son porte-parole Bob Gunnell.
The Greatest, son surnom, aura marqué l'histoire de la boxe et du sport par ses résultats sur le ring et ses actions en dehors. Né sous le nom de Cassius Clay, le boxeur américain a été trois fois champion du monde en poids lourds, régnant sur la catégorie grâce à une boxe empreinte d'intelligence : on se souvient notamment de son fantastique combat « Rumble in the jungle », remporté contre George Foreman le 30 octobre 1974 à Kinshasa (Zaïre), et rendu célèbre depuis par le documentaire « When we were kings ». On y voit notamment le champion définir sa boxe, à l'opposée du puissant Foreman : « vole comme le papillon, pique comme la guêpe ».

Un boxeur engagé politiquement

Mais Mohamed Ali n'était pas seulement une légende du noble art. Ce fut aussi une icône du sport, qui a marqué l'histoire par ses positions politiques tranchées et un parcours hors du commun.
Deux ans après s'être converti à l'Islam et avoir changé son nom de naissance - Cassius Clay - en Mohamed Ali, le boxeur clame son refus d'aller faire la guerre au Vietnam, alors qu'il est déjà à cette époque champion du monde des lourds. Cette décision lui vaudra la destitution de son titre et le retrait de sa licence pendant quasiment quatre ans, avant que son appel ne soit reçu par la cour suprême américaine.

Une histoire digne d'un film

Son histoire fut l'objet de nombreux documentaires et films, dont notamment « Ali », interprété à l'écran par Will Smith en 2001. Véritable showman à chacune de ses apparitions publiques, Mohamed Ali a été depuis considéré comme un emblème. Il reçoit en 2005 la médaille de la paix Otto Hahn au nom de l'ONU « pour son engagement en faveur du mouvement américain contre la ségrégation et pour l'émancipation culturelle des noirs à l'échelle mondiale ».
Après avoir souvent suscité le débat dans l'opinion publique américaine par ses prises de positions religieuses, sociales ou politiques, Mohamed Ali avait reçu un vibrant hommage par sa nation en 1996, lorsqu'il alluma la flamme olympique lors des JO d'Atlanta, alors qu'il était déjà touché par la maladie de Parkinson.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant