Mohamed Ali en 15 punchlines

le
0

Décédé dans la nuit de vendredi à samedi, Mohamed Ali n’était pas un boxeur comme les autres. Personnalité engagée en dehors du ring au charisme inégalable, « The Greatest » aura laissé une trace dans l’histoire par quelques phrases restées mythiques.

Pendant toute sa vie, Mohamed Ali aura donné un nombre impressionnant d'uppercut, sur, mais aussi en dehors du ring, où il n'était pas le dernier pour se faire remarquer. Ses adversaires, la politique ou sa maladie : tout y passe.

L'arrogant Mohamed Ali

Malgré plusieurs défaites, notamment contre Joe Frazier, Ali n’était pas forcément un adepte de la modestie, allant même jusqu’à déclarer : « I’m the greatest », « Je suis le plus grand ».

« I’m the Greatest ».

« Les gens humbles ne vont jamais bien loin ».

« Je suis l’Elvis Presley de la boxe ».

« Si vous rêvez un jour de ma battre, vous ferez mieux de vous réveiller et de présenter des excuses ».

« J’étais si rapide la nuit dernière que j’ai éteint la lumière dans ma chambre d’hôtel et je me suis retrouvé dans le lit avant qu’il fasse noir ».

« J’aimerais que les gens aiment tout le monde de la même façon qu’ils m’aiment. Ce serait un monde meilleur ».

« Je suis l’astronaute de la boxe. Joe Louis et Dempsey n’étaient que des pilotes. »

« Vole comme le papillon, pique comme l’abeille ». 

Avant d’affronter George Foremean à Kinshasa (Zaïre) en 1974 pour le Championnat du monde des poids lourds, Ali définissait son style de boxe, léger, en opposition à son puissant adversaire.

Ses prises de position

« The Greatest » ne s’est pas seulement fait remarquer sur le ring. Le champion du monde refusa d’aller faire la guerre au Vietnam en 1967, ce qui lui vaudra la destitution de son titre et le retrait de sa licence pendant près de quatre ans.

« Je suis l’Amérique. Je suis la partie que vous ne reconnaîtrez pas. Mais vous devez vous habituer à moi. Je suis noir, confiant, arrogant; mon nom n’est pas le vôtre, ma religion n’est pas la vôtre, mes objectifs me sont propres; vous devez vous habituer à moi ».

« Je n’ai pas de problème avec les Vietcongs. Aucun vietnamien ne m'a jamais appelé négro. » Le 17 février 1996, pour expliquer pourquoi il n’ira pas combattre au Vietnam.

« Ils ont fait ce qu'ils pensaient juste, et j'ai fait ce que je pensais juste. »

« Celui qui n’est pas assez courageux  pour prendre des risques  n’accomplira jamais rien dans sa vie ».

Ali taquine les autres

« Vous n'êtes pas aussi bête que vous en avez l'air, j'ai vu votre femme. »

Mohamed Ali savait aussi se montrait taquin lorsqu’il rencontra le président des Philippines Ferdinand Marcos avant son troisième et dernier combat contre Joe Frazier.

« Joe Frazier est tellement laid que lorsqu’il pleure, les larmes font demi-tour et partent se cacher derrière sa tête. »

La maladie

« Dieu m'a donné la maladie de Parkinson pour me montrer que je n'étais qu'un homme comme les autres, que j'avais des faiblesses, comme tout le monde. C'est tout ce que je suis : un homme. »

Cela fait trois ans que Mohamed Ali a appris qu’il était touché par la maladie de Parkinson, lorsqu’il donna cette interview en 1987.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant