Modric fait taire les Turcs

le
0
Modric fait taire les Turcs
Modric fait taire les Turcs

Emmenés par un Modric de gala dans un Parc des Princes chauffé à blanc, les Croates réussissent leur entrée dans l'Euro en battant la Turquie (1-0). Moins bons dans le jeu mais meilleurs en tribunes, les Turcs n'ont jamais vraiment inquiété Danijel Subasic.

Turquie 0-1 Croatie

But : Modric (41e) pour la Croatie

Prince est mort, vive le Parc des Princes. Ici, ça gueule, ça boit, ça fume de la weed et ça siffle. Ici, c'est Paris. Mais aussi Zagreb et Istanbül. Bien aidée par les supporters turcs et croates présents en masse aux abords de la Porte de Saint-Cloud, l'enceinte du Paris Saint-Germain est redevenue, le temps d'un match, ce qu'elle a longtemps été : un magnifique stade de football, de haut de ses tribunes aussi rouges que pleines à sa somptueuse pelouse qui ne l'est restée que 41 minutes. Le temps pour les deux genoux cagneux d'un joueur aussi maigrichon que talentueux de venir abimer le billard parisien d'une glissade de bonheur. Auteur d'une volée splendide suite à un corner mal renvoyé par la défense turque, Luka Modric vient de donner l'avantage aux siens. En même temps, qui d'autre que lui, qui a passé son premier acte à scintiller, pour débloquer un événement lors duquel tous les acteurs avaient visiblement envie de rendre hommage au football ?

Une calvitie naissante, des artistes et un jean délavé


Le speaker croate a beau essayer, il n'y arrive pas. Trop nombreux, trop bruyants, les supporters turcs l'empêchent de bosser. Le Parc des Princes n'entendra pas la composition d'Ante Cacic mais il n'a pas besoin de ses oreilles pour se rendre compte que les Croates savent ce qu'ils font lorsqu'il s'agit de jouer au football. Toujours là, Srna multiplie les centres, Rakitic pète les lignes adverses, Modric fait le tri sélectif au milieu tandis que Mandzukic, Perisic et surtout Brozovic gâchent les premières actions de la rencontre. Une partie où sévissent les joueurs de ballons, qui essayent tant bien que mal d'éviter les tacles virils qui rythment la première période et qui poussent Jonas Eriksson à se faire respecter malgré une calvitie assez vilaine. Au petit jeu des remontrances, c'est Ozan Tufan, qui prouve que l'on peut être un très bon footballeur en aimant saucer ses plats, qui se fait engueuler le premierp our un tacle sur Modric. Pas de quoi le sortir de son match puisque quelques minutes plus tard, le joueur du Fenerbahçe passe juste à côté de l'ouverture du score en…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant