Modifications sur la loi Travail : «Valls a ouvert la porte»

le
1

Rapporteur de la loi Travail, le député PS de Saône-et-Loire Christophe Sirugue a la délicate mission d’arracher à coups d’amendements l’indispensable compromis sur le projet de loi Travail… En clair, accoucher d’un « donnant-donnant » acceptable par une majorité du PS aujourd’hui divisée tout en ménageant un patronat prêt à aller au clash. Des avancées suffisamment importantes pour couper l’herbe sous le pied des syndicats opposés au texte (FO, CGT et FSU). Le gouvernement le sait, c’est à ce prix qu’il arrivera à éteindre l’incendie social. C’est donc une mission d’équilibriste pour celui qu’un membre de l’exécutif qualifie volontiers de « loyal, respecté et habile ». Christophe Sirugue fait le point sur les modifications qu’il a réussi à obtenir sur un texte dont l’examen continue jusqu’à la fin de la semaine en commission des Affaires sociales.

Combien d’amendements avez-vous déposés ?

CHRISTOPHE SIRUGUE. Près de 300, dont plus de 200 concernent une remise en forme juridique du texte. Ce qui est courant lors de la rédaction d’un projet de loi. Mais les amendements de nature à modifier véritablement le texte initial sont au nombre d’une trentaine. J’ai accepté la mission de rapporteur du projet de loi avec la conviction qu’on pouvait faire bouger le texte sur plusieurs points, notamment celui sur le licenciement économique, inacceptable en l’état. Je peux le dire désormais : on s’achemine vers un texte équilibré. Les députés du groupe socialiste ne peuvent pas nier qu’il y a des évolutions importantes.

Manuel Valls avait pourtant évoqué des marges de manœuvre étroites sur les modifications du texte. Qu’en est-il concrètement ?

Les discussions sont fructueuses avec le gouvernement, car Manuel Valls a ouvert une vraie porte à la discussion parlementaire. Sur le volet du licenciement, principal point sensible, un de mes amendements prévoit de distinguer le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paulin17 il y a 8 mois

    Réduire à 1 trimestre la baisse d'activité pour justifier des licenciements??? c' est une vraie plaisanterie, autant dire zero gagnons du temps...