Modeste hausse des exportations de vins & spiritueux français

le
0
MODESTE HAUSSE DES EXPORTATIONS DE VINS & SPIRITUEUX
MODESTE HAUSSE DES EXPORTATIONS DE VINS & SPIRITUEUX

PARIS (Reuters) - Les exportations de vins et spiritueux français ont limité leur hausse à 1% au premier semestre, pénalisées par la baisse des ventes de vins "tranquilles" de plus en plus concurrencés par les bouteilles du "nouveau monde" et d'Europe du Sud.

Entre janvier et juin, les exportations ont atteint 5,3 milliards d'euros, contre 5,2 milliards un an plus tôt, selon les chiffres publiés mercredi par la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux de France (FEVS).

Les spiritueux ont vu leur ventes progresser de 4% pour un chiffre d'affaires de près de 1,8 milliard d'euros, grâce surtout aux performances du cognac (+5% en volume comme en valeur) et de la vodka (+6% et +4% respectivement).

Les grands noms du cognac, Hennessy (groupe LVMH), numéro un mondial du secteur, Martell (Pernod Ricard) et Rémy Cointreau profitent surtout d'une très solide dynamique aux Etats-Unis, qui compense les difficultés d'un marché chinois qui donne toutefois des signes d'amélioration.

Ces performances contrastent avec celles du vin dit tranquille, dont les volumes poursuivent leur baisse et dont la part de marché s'érode depuis quinze ans, passant de 25% en 2000 à 14% en 2015.

Au premier semestre, leurs exportations ont baissé de 2% en valeur, à 2,4 milliards d'euros, et de 3% en volume.

Le manque de volumes disponibles, qui renchérit artificiellement les prix, pénalise la compétitivité des produits français à l'étranger, déplore la FEVS.

Les vins sans appellation d'origine contrôlée sont les plus touchés, victimes de la concurrence des bouteilles du "nouveau monde" (Chili, Argentine, Australie), mais aussi d'Europe du Sud (Italie et Espagne).

Face à cette érosion, la fédération plaide pour une augmentation des surfaces plantées et de la production des vins d'entrée de gamme et pour l'ouverture de nouveaux marchés, là où les concurrents sont avantagés en matière de taxes.

Le Chili a obtenu une levée de taxes à l'importation en Chine, tandis que les vins français y sont taxés à 14% et les australiens à 8%.

"La faiblesse récurrente des disponibilités menace la compétitivité de nos entreprises ainsi que notre capacité à maintenir cette dynamique sur le moyen et long terme", souligne Christophe Navarre, président de la FEVS, dans un communiqué.

Les vins effervescents ont quant à eux poursuivi leur progression tant en volume qu'en valeur (+2% et +4% respectivement à 1,1 milliard d'euros), portés par les exportations de champagne (+5% et +4% respectivement) et les vins mousseux à appellation d'origine protégée.

(Pascale Denis, édité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant