Mode: les carreaux de Dries Van Noten, le lustre de Mugler

le
0
L'ÉTÉ VERNI DE THIERRY MUGLER
L'ÉTÉ VERNI DE THIERRY MUGLER

par Mathilde Gardin

PARIS (Reuters) - Dries Van Noten a mis les carreaux à l'honneur mercredi à Paris, au deuxième jour de présentation des collections de prêt-à-porter pour l'été 2013, pour lequel Thierry Mugler a, lui, imaginé de très courtes silhouettes lustrées.

Le créateur anversois, qui dévoilait sa collection dans un garage de la rue de Vaugirard, à Paris, a superposé le tartan et les imprimés fleuris dans un vestiaire décontracté et pointu.

"C'est une collection pleine de contrastes, le côté couture et le côté grunge, le féminin et le masculin, le jour et la nuit", a expliqué le styliste de 54 ans.

Réputé pour ses imprimés, Dries Van Noten, qui a présenté sa première collection en 1986, a jeté son dévolu sur les petits et grands carreaux, le tartan et les fleurs, qu'il superpose, dépareille et enrichit parfois de broderies et de volants.

Les fines chemises à carreaux aux manches roulotées se portent sous un sweat à fleurs faussement usé ou un top péplum pastel. Pièce phare d'une collection toute en légèreté, la chemise à carreaux s'accommode d'un pantalon fuselé ou à l'inverse très large, d'une jupe midi à volants ou brodée ou encore d'un voile de robe recouvrant toute la silhouette.

De nombreuses silhouettes de ce vestiaire discrètement coloré étaient présentées avec un long peignoir japonisant.

UNE CLIENTÈLE "DIGITALE ET COSMOPOLITE"

Dans une galerie courbe de la Cité de l'architecture, place du Trocadéro, Nicola Formichetti, directeur artistique de Mugler depuis deux ans, a présenté une collection architecturale, peuplée de très courtes robes et combi-shorts déclinés notamment en prune, jaune et turquoise.

"C'est ma quatrième collection pour Mugler, maintenant je suis plus confiant et je veux davantage me concentrer sur les vêtements", a expliqué à Reuters le styliste de 35 ans, proche de la chanteuse Lady Gaga qu'il a longtemps habillée.

"J'ai pensé à mes meilleurs amies, je voulais des robes cool, des choses faciles à porter", a-t-il ajouté.

Sur les notes inédites d'une chanson de Lady Gaga, qui était montée sur scène lors du retour en fanfare de la maison Mugler sur les podiums début 2011, les mannequins frôlaient le mur blanc en tailleur short camel, pantalon vert d'eau ultra-moulant et ou en micro-robes déstructurées. La trentaine de silhouettes proposées mercredi fait la part belle aux tissus vernis.

"Nous voulons toucher une clientèle qui n'a pas connu Thierry Mugler, une clientèle jeune, digitale et très cosmopolite", a déclaré Joël Palix, PDG de Clarins Fragrance Group, qui possède Mugler.

"On est à peu près dans notre plan de développement malgré la crise", a-t-il ajouté.

Edité par Jean-Philippe Lefief

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant