Mode: l'abeille d'Alexander McQueen, le métal de Paco Rabanne

le
0
LES ABEILLES D'ALEXANDER MCQUEEN
LES ABEILLES D'ALEXANDER MCQUEEN

PARIS (Reuters) - L'extravagance d'Alexander McQueen s'est fondue mardi, avant-dernier jour de présentation des collections parisiennes de prêt-à-porter pour l'été 2013, dans l'univers des abeilles, tandis que Paco Rabanne a proposé des déclinaisons sexy de ses fameuses robes métalliques.

Coiffées de chapeaux d'apiculteurs et la taille marquée par des corsets en écailles, les filles de Sarah Burton étaient habillées de tailleurs imprimés "nid d'abeille", de crinolines à volants et de robes de bal brodées de fleurs.

Derrière elles, un écran géant diffusait des images en kaléidoscope de ruches et d'abeilles au rythme du bourdonnement de la ruche.

La styliste britannique, qui a pris les rênes de la griffe de PPR après le suicide d'Alexander McQueen en février 2010, a imaginé des pantalons en résille nid d'abeille assortis à des vestes beiges et noires aux basques élargies.

Le corset aux armatures couleur écaille revient tout au long de la collection, notamment associé à des crinolines. Il est parfois remplacé par un bustier, porté avec un micro-short et des cuissardes ajourées.

En fin de défilé, les alvéoles reviennent en plissés sur une robe jaune évasée à la taille. En rouge, noir ou blanc, celles qui suivent, toujours plus volumineuses, sont brodées de fleurs.

UNE COLLECTION SEXY CHEZ PACO RABANNE

Chez Paco Rabanne, la nouvelle directrice artistique a présenté dans une galerie du Grand Palais une collection fidèle aux visions futuristes qui ont fait la réputation et le succès de la maison.

Dans des mini-robes, shorts tailles hautes, jupes patineuses et combinaisons près du corps aux influences seventies, le corps joue à cache-cache sous les cottes de maille, les pastilles de métal et les découpes de cuir.

"Chez nous, le corps dirige le vêtement. Ce qui m'intéresse le plus ce sont les matières et les mouvements", a expliqué Lydia Maurer, jeune styliste allemande de 29 ans passée notamment par Yves Saint Laurent et Givenchy.

Les premiers passages sont violets avec notamment une combinaison en peau ajourée aux hanches. La collection se décline en blanc, noir et doré, avec quelques pièces couleur émeraude dont un veston en serpent d'eau tanné associé à un pantalon blanc fuselé.

Au menu apparaissent également une petite jupe noire en guipure martelée, une robe de pastilles blanches au profond décolleté en V et un tailleur pantalon brillant. Les mannequins portaient aux pieds des cuissardes ou des spartiates en lanières de cuir.

Lydia Maurer a succédé au styliste indien Manish Arora, qui ne sera resté que deux saisons chez Paco Rabanne, où il avait piloté la relance du prêt-à-porter fin 2011.

Malgré cinq années loin des podiums, la marque du groupe espagnol Puig, qui possède également la maison Jean-Paul Gaultier, est restée bien connue du grand public grâce à ses parfums "1 Million" et "Lady Million" qui sont parmi les plus vendus au monde.

Mathilde Gardin, édité par Hélène Duvigneau

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant