Mode: Dior met les formes pour Raf Simons

le
0
RAF SIMONS OFFRE À DIOR UN VESTIAIRE COURT ET ÉPURÉ
RAF SIMONS OFFRE À DIOR UN VESTIAIRE COURT ET ÉPURÉ

par Mathilde Gardin

PARIS (Reuters) - Dior a mis les formes vendredi pour la première collection de prêt-à-porter de son nouveau directeur artistique, Raf Simons, qui a dévoilé un vestiaire court et épuré dans un gigantesque cube blanc posé devant l'Hôtel national des Invalides.

Au quatrième jour de présentation des collections parisiennes pour le printemps-été 2013, le styliste belge, nommé en avril, a voulu explorer le "thème de la libération", avec des vestes devenues mini-robes.

"(Christian Dior) a pris à bras le corps la féminité, la complexité et l'émotion dans un véritable élan de liberté en rupture avec le passé", explique Raf Simons dans le livret remis aux invités. "C'est cette direction que j'ai voulu explorer."

La pièce incontournable reste l'emblématique veste Bar, évasée et à la taille marquée. Les premiers passages, noirs ou blancs, proposent des smokings, des manteaux et des robes aux basques élargies.

Mais Raf Simons s'amuse ensuite à déconstruire la veste en mini-robe colorée et portée avec un short noir. Celui qui se définit comme un adepte du minimalisme a imaginé des robes très courtes dans une palette de couleurs arc-en-ciel et parfois fluos. L'accent est mis sur la lumière, avec du satin duchesse et des voiles d'organza aux reflets métalliques.

Les silhouettes rappellent les lignes A - avec leur forme évasée - et H - tout en longueur - définies par Christian Dior dans les années cinquante.

Peu d'accessoires ont été présentés vendredi, comme si l'accent voulait être mis sur le prêt-à-porter.

Au fil des 53 modèles qui se succèdent dans les quatre salons, l'oeil est souvent accroché par un détail : une doublure jaune sur une robe rose pâle ajourée, le dos plissé d'une robe noire, un liseré de broderies sur une robe orange ou encore un jeu de transparences sur des robes bustiers.

"PAS INQUIET"

"C'est jeune, frais, moderne mais aussi féminin pour donner un nouvel élan", a déclaré Sidney Toledano, PDG de Dior Couture, maison-mère de LVMH, qui estime que cette collection de prêt-à-porter est un "départ" pour Raf Simons.

Le styliste belge de 44 ans, qui succède avenue Montaigne à John Galliano, avait réussi un coup de maître en juillet avec un défilé de haute couture unanimement salué.

"Il a réussi le petit miracle de combiner quelque chose de très novateur avec quelque chose de très Dior", a déclaré à Reuters Antoine Arnault, le fils du PDG de LVMH Bernard Arnault. "Je crois que c'est ce qu'on attendait de lui (...) C'est incontestablement moins flamboyant que par le passé", a dit le directeur général de Berluti après le défilé.

Selon sa compagne Natalia Vodianova, la collection était "très jeune, très asiatique". "Je pense que toutes ces actrices chinoises vont devenir folles avec cette collection", a-t-elle dit.

Face aux craintes d'un ralentissement plus marqué que prévu du secteur du luxe en raison du tassement de la croissance chinoise et de la crise sans fin de la dette européenne, Sidney Toledano s'est voulu confiant.

"On ne sent pas de ralentissement en Chine", a-t-il affirmé. "Nous avons senti une tendance de sophistication des Chinois depuis longtemps et l'offre pour la Chine est le plus haut de gamme possible", a-t-il dit.

Le PDG de Dior Couture a assuré que les tendances restaient bonnes en Europe où "heureusement les touristes ne sont pas perturbés" et aux Etats-Unis.

Le groupe Christian Dior a publié mi-septembre un chiffre d'affaires de 6,9 milliards d'euros, en hausse de 22% (y compris les ventes de LVMH) pour la période de mai à juillet. Pour la seule maison de couture Christian Dior, les ventes ont progressé de 28% à 323 millions d'euros.

Avec Astrid Wendlandt, édité par Jean-Loup Fiévet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant