Mobilisation pour convertir les Français au «doggy bag»

le
3

Alors que les Français restent réfractaires au «doggy bag» pour emporter à la maison les restes d'un repas au restaurant, restaurateurs, entrepreneurs et sites Internet militent pour cet outil anti-gaspi.

Et si le «doggy bag» méritait mieux que des moqueries? Cette invention anglo-saxonne, permettant de ramener chez soi dans un sac les restes de son repas au restaurant, est à ce jour plutôt mal vue par les Français. Pourtant, en cette année européenne de lutte contre le gaspillage, les choses pourraient changer. Alors que selon une étude menée en 2011, chaque habitant de l'Hexagone jette 21% des aliments qu'il achète (soit près de 90 kg de nourriture par an!), ce gaspillage commence à être de plus en plus fermement dénoncé. Et les initiatives se multiplient pour populariser cette fameuse boîte ou sac.

Les restaurateurs, par l'intermédiaire de leur syndicat majoritaire, l'Umih, commencent à se mobiliser sur la question pour diffuser cette pratique. Selon un sondage mené auprès de 2700 établissements dans la région Rhône-Alpes, l'un des principaux freins invoqués par les commerçants est qu'il craignent que leurs clients ne tombent malades avec des restes mal conservés chez eux. D'un point de vue juridique, pourtant, la responsabilité du restaurateur n'est plus engagée une fois que l'on emporte un plat commencé sur place. Au total 31% des personnes interrogées proposent ou envisagent de proposer une telle boîte à emporter. Il le font ou le feraient, principalement (86%) «car le client a payé, il est libre d'emporter ses restes» mais aussi car ils préfèrent cela plutôt que de jeter (77%). Accessoirement, c'est aussi une bonne préparation pour 2016, lorsque les restaurateurs auront l'obligation de revaloriser leurs déchets organiques. Mieux vaut alors en produire le moins possible.

La rolls du doggy bag

Par ailleurs de jeunes entrepreneurs se lancent sur le créneau essayant de rendre la fameuse boîte plus attrayante. C'est le cas de Trop bon pour gaspiller, projet lancé par Laurent et Rabaïa Calvayrac. Ils comptent diffuser leur doggy bag d'ici la fin octobre. «Nous avons vécu en Amérique du Nord où cette pratique est courante, souligne Rabaïa Calvayrac. À notre retour en France, nous avons voulu la populariser notamment en se penchant sur la qualité de la boîte, un sujet auquel nous sommes très sensibles.» À les écouter, ils ont conçu la Rolls du doggy bag. Une boîte rigide, recyclable, compostable, capable de passer au micro-ondes et même au four (jusqu'à 180°C) et fabriquée en France. Problème: avec toutes ces qualités et un petit volume pour commencer (5000 exemplaires), le prix de revient de la fameuse boîte est tout près de 1 euro. Encore un peu cher pour espérer un succès de masse même si les premiers restaurants intéressés sont prêts à faire un effort.

De son côté, Rest-o-Resto, une société grenobloise développe un annuaire en ligne des restaurants proposant un doggy bag. Il compte actuellement 130 adresses sur dix villes et poursuit son expansion. «L'accueil est très variable d'un restaurant à l'autre, admet Alexandre Teodosio. Certains sont très enthousiastes mais, pour d'autres, il est impensable que leur repas finisse dans un sac ou une boîte.» La société compte fournir un emballage, en cours de développement, mais l'approche devrait être moins haut de gamme que celle de Trop bon pour gaspiller.

Quant à nos voisins belges, ils tentent une dernière approche pour populariser le doggy bag: lui trouver un nom plus francophone et moins lié aux animaux puisque la plupart de ces restes ont vocation à être mangés par des hommes. Le site a lancé une consultation sur Facebook où l'on retrouve parmi les suggestions: Restopack, Restrobon (restes trop bons pour être jetés...) voire un Gaspipa. Exercice délicat.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • calippe3 le dimanche 5 oct 2014 à 00:26

    Réduisez la grandeur des assiettes comme avant.. comme le dit frk987 moi aussi la moitié part à la poubelle, faites plutôt de la qualité

  • frk987 le samedi 4 oct 2014 à 09:55

    Et si tout simplement les portions étaient réduites...comme les prix. Perso c'est 75% de l'assiette qui part droit à la poubelle du resto ou bien .....dans l'assiette du client suivant.

  • lsleleu le samedi 4 oct 2014 à 09:51

    moyennant un supplément de 20 euros ils devraient proposer une boite isotherme et pour 40 euros il le livre chez vous ! mais quelle k onnerie