Mobilisation générale au sommet de l'Etat pour un été de crise

le , mis à jour à 08:01
0
Mobilisation générale au sommet de l'Etat pour un été de crise
Mobilisation générale au sommet de l'Etat pour un été de crise

C'est sous la verrière du jardin d'hiver de l'Elysée que s'est tenu le séminaire estival du gouvernement. Signe que le temps ne sera pas au farniente pour les ministres et les secrétaires d'Etat alors que le mois de juillet s'achève. Samedi, pendant trois heures et demie, François Hollande a réuni l'ensemble de l'exécutif pour évoquer la mise en œuvre des décisions adoptées en matière de sécurité après l'attentat du 14 Juillet à Nice (Alpes-Maritimes).

 

Création d'une garde nationale, prolongation de l'état d'urgence, envoi de canons français en Irak... Mais lors de ce séminaire, pas de nouvelle initiative : « Ce n'est pas en faisant le concours Lépine de la nouvelle mesure qu'on va s'en sortir », souffle un proche du président. En clair, pas question de céder à la surenchère de la droite — allant jusqu'à proposer des lance-roquettes aux carrefours —, très critique envers le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

 

Rendez-vous hebdomadaire à l'Elysée

 

Le séminaire a d'ailleurs aussi été organisé pour préparer la rentrée alors que la trêve de l'été arrive. Elle aura lieu dans dix jours, à l'issue du dernier Conseil des ministres, avant des congés en pointillé. Car pour les ministres régaliens (Intérieur, Défense, Justice, Affaires étrangères), il n'y aura pas vraiment de vacances. Manière de tenter de convaincre les Français que l'exécutif veille.

 

Le gouvernement a la volonté de « protéger » les Français, comme l'a répété son porte-parole, Stéphane Le Foll, samedi,, mais aussi d'afficher son engagement : chacun des ministres concernés ira à l'Elysée une fois par semaine, tout au long du mois d'août, pour une réunion sur les questions de sécurité. Leurs collègues ont-ils reçu des instructions spécifiques ? « Non, ils sont traités en adultes responsables. L'idée étant que chacun puisse être mobilisé en cas de besoin », indique-t-on à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant