Mobilisation en baisse à Hong Kong pour demander la démocratie

le , mis à jour à 14:29
0

HONG KONG, 1er juillet (Reuters) - Des milliers de Hongkongais sont descendus mercredi dans les rues pour réclamer davantage de démocratie et le départ du dirigeant de l'ex-colonie britannique, quelques semaines après le rejet par le Parlement d'un projet de réforme électorale soutenu par le gouvernement central de Pékin. Certains manifestants, qui revendiquent une plus grande autonomie voire l'indépendance de Hong Kong, tenaient des banderoles appelant à la création de la "nation de Hong Kong", tandis que d'autres brandissaient le drapeau de l'ère coloniale, frappé de l'Union Jack britannique. "Je veux un véritable suffrage universel", scandaient certains d'entre eux, qui pour beaucoup se protégeaient du soleil sous des parapluie jaunes, symboles du "mouvement du parapluie" de l'an dernier, au cours duquel la cité financière avait été complètement bloquée par le camp pro-démocratie. "Le mouvement du parapluie n'est pas terminé parce que nous n'avons pas obtenu de véritable suffrage universel", a déclaré Eve Lam, une secrétaire de direction âgée de 53 ans. Beaucoup de manifestants demandaient également le départ de Leung Chun-ying, chef de l'exécutif hongkongais. La foule, étroitement surveillée par les forces de l'ordre, était moins dense que l'an dernier lorsque près d'un demi-million de personnes étaient descendues dans les rues pour l'anniversaire de la rétrocession de 1997. Près de 500 personnes avaient alors été arrêtées dans le district financier. Dans la matinée, des responsables hongkongais et chinois ont participé à une cérémonie de levée de drapeau lors de laquelle l'hymne national chinois a été interprété. Les manifestations de mercredi surviennent mois de deux semaines après le rejet par le Parlement d'un réforme, présentée par le gouvernement chinois en août dernier et soutenue par l'exécutif de Hong Kong, qui, tout en prévoyant l'élection au suffrage universel du prochain chef de l'exécutif du territoire, exigeait que les candidats soient adoubés par Pékin. ID:nL5N0Z42KG L'ex-colonie britannique a été restituée à la Chine en 1997 dans le cadre de la formule "un pays, deux systèmes", qui garantit davantage d'autonomie et de libertés publiques et prévoit à terme le suffrage universel dans la "région administrative spéciale". (Yimou Lee et Viola Zhou; Nicolas Delame pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant