Mobilisation des partisans et des opposants à l'IVG aux USA

le
0
    WASHINGTON, 11 février (Reuters) - La question de 
l'interruption volontaire de grossesse est devenue un sujet de 
clivage entre partisans et opposants au président américain 
Donald Trump dont l'une des premières mesures à son arrivée à la 
Maison blanche a été d'interdire le financement d'ONG 
internationales soutenant l'avortement. 
    Des organisations "pro-life", opposées à l'IVG, ont prévu 
samedi des rassemblements devant les sièges de 225 cliniques 
pratiquant l'interruption de grossesse tandis que les partisans 
du Planning familial ont prévu 150 manifestations dans des 
parcs, devant des bâtiments fédéraux ou devant des hôpitaux. 
    Au total, des rassemblements sont annoncés dans 45 Etats de 
l'Union, dans des villes petites ou grandes dont Washington et 
Philadelphie. 
    La mobilisation à St. Paul dans le Minnesota a été estimée à 
environ 6.000 personnes , selon les chiffres de la police, mais 
dans d'autres réunions le nombre de participants n'excédait pas 
quelques dizaines. 
    "Nous attendons des dizaines de milliers de partisans 
pro-life aujourd'hui pour exprimer le message que nous voulons 
que le Planning familial ne reçoive plus de financement", a 
déclaré Monica Miller, directrice de l'association Citizens for 
Pro-Life Society. 
    "Tant qu'ils continueront à oeuvrer pour l'avortement, cette 
organisation ne devra pas recevoir le moindre centime de 
l'argent des impôts fédéraux", a-t-elle ajouté. 
    Le Planning familial, institution créée il y a cent ans, 
compte environ 650 centres d'accueil offrant aux femmes des 
moyens de contraception et d'autres services de santé, y compris 
la possibilité d'avoir recours à une IVG. 
    A Atlanta, "pro-life" et "pro-choice" se sont retrouvés de 
part et d'autre d'une avenue à quatre voies, agitant des 
pancartes et criant des slogans. 
    Nombre de manifestants défendant le droit à l'avortement 
portaient des bonnets roses, baptisés "pussy hats" et devenus le 
symbole de ralliement des opposants à Donald Trump après les 
révélations sur ses propos insultants à l'égard des femmes. 
     
 
 (Lacey Johnson et Richard McKay; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant