MMA : fini les combats dans une cage

le , mis à jour à 08:56
0
MMA : fini les combats dans une cage
MMA : fini les combats dans une cage

Fin septembre 2015, Thierry Braillard, secrétaire d'Etat aux Sports, n'avait pas apprécié la tenue, au Cirque d'Hiver à Paris, d'un gala de mixed martial arts (MMA), une discipline mêlant pugilat et corps à corps très prisée dans certains pays, mais non homologuée en France. « Des gens ont visiblement voulu détourner le Code du sport, que nul n'est censé ignorer », pestait alors Braillard dans nos colonnes. A l'époque, le ministère des Sports s'appuyait sur l'article L 331-2 du Code du sport français qui interdit la tenue d'une manifestation lorsqu'elle présente des risques d'atteinte à la dignité, à l'intégrité physique ou à la santé des participants. La tenue de combats se déroulant dans une cage grillagée et permettant de porter des coups au sol avait forcément interpellé le secrétaire d'Etat, qui avait promis de ne pas rester « les deux mains dans la poche ». C'est chose faite. Les organisateurs ne pourront plus, comme l'an passé, estimer qu'aucune loi n'interdit la tenue de gala de MMA. Car un décret paru au « Journal officiel » le 23 octobre précise désormais « les règles techniques et de sécurité applicables aux manifestations publiques de sports de combat ».

 

Le MMA n'est jamais cité dans l'arrêté, mais celui-ci précise notamment que « les combats se déroulent sur un tapis ou sur un ring à 3 ou 4 cordes » (autrement dit pas dans une cage) et que « les coups de poing, coups de pied, coups de coude et coups de genou visant un combattant au sol » sont interdits.

 

Entre 20 000 et 40 000 pratiquants clandestins

 

L'arrêté précise même que « la plus grande vigilance des arbitres et des juges doit être portée sur un combattant au sol ». En résumé, l'interdiction de compétitions de MMA, qui était déjà en vigueur, est désormais plus explicite. Manuel Valls a quant à lui commandé un rapport parlementaire qui sera remis à Thierry Braillard le 7 novembre prochain. Cent cinquante ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant