Mkhitaryan, la nouvelle arme du Borussia

le
0
Mkhitaryan, la nouvelle arme du Borussia
Mkhitaryan, la nouvelle arme du Borussia

Certains ont crié à l'erreur de casting lorsque le Borussia Dortmund a décidé de débourser la somme de 27,5 millions d'euros. Un très gros chèque pour s'attacher les services d'Henrikh Mkhitaryan. Aujourd'hui pourtant, les plus sceptiques se rangent du côté des dirigeants du BVB. Et on en oublierait presque le départ de Mario Götze au Bayern Munich. Peu connu à son arrivée dans la Ruhr en provenance du Shakhtar Donetsk, l'international arménien de 24 ans a vite mis tout le monde d'accord. Déjà surnommé « Micky » et adoubé par les fans exigeants du Signal Iduna Park grâce à quatre buts et une passe décisive, le meneur de jeu a réussi l'opération séduction auprès de Jürgen Klopp. « Nous avons remarqué qu'il avait de très grandes qualités techniques et il a une vision de jeu incroyable », confiait l'entraîneur de Dortmund à l'issue de la première sortie de l'Arménien en amical. Mais avant d'en arriver là, le natif d'Erevan a dû s'employer et se rendre indispensable partout où il est passé.

Meilleur buteur d'Ukraine la saison passée

Ses 22 buts en 23 matchs de championnat avec le Shakhtar la saison passée ne sont pas un hasard. Plus qu'un simple meneur de jeu, le fils Mkhitaryan est le digne héritier de son père Hamlet, surnommé « le canonnier d'Erevan » à son arrivée à Valence (Drôme) en 1989 (ndlr : décédé d'une tumeur au cerveau à 33 ans). Un passage de six années en France qui a offert à Henrikh Mkhitaryan l'opportunité d'apprendre la langue de Molière (en plus du Russe, de l'Ukrainien et de l'Anglais). Ses atouts ? Une technique au-dessus de la moyenne et une vision du jeu inégalable. Avaleur d'espaces et buteur redoutable, le garçon d'1m79 a aussi la capacité de jouer un cran en-dessous, comme il le faisait à ses début sous les ordres de Mircea Lucescu à Donetsk. Son entente avec ses partenaires est déjà incontournable, notamment avec Pierre-Emerick Aubameyang, l'ancien Stéphanois qui a trouvé en lui un pourvoyeur de caviars. C'est d'ailleurs à l'international gabonais que l'Arménien a délivré sa première passe décisive sous les couleurs du BVB. Autant dire que la force de frappe offensive de Dortmund n'a pas perdu de son éclat. Bien au contraire.

Mino Raiola gère ses intérêts

C'est même tout son pays qui se retrouve boosté par la montée en puissance d'un talent brut. Ce petit pays du Caucase, classé 66eme au classement FIFA et qui ne s'est jamais qualifié pour une phase finale de Coupe du Monde ou de l'Euro, arrive peu à peu à titiller certaines équipes de standing supérieur. En l'espace de quelques mois, les hommes de Vardan Minassian se sont même payé le scalp du Danemark (4-0) et de la République Tchèque (2-1) en éliminatoires de la Coupe du Monde 2014. Pas encore suffisant pour permettre à l'Arménie de se sortir du groupe B mais des signes encourageants d'une montée en puissance. Et d'un avenir prometteur avec de tels joueurs en tant que locomotives. En club, comme en équipe nationale, Henrikh Mkhitaryan a réussi la prouesse de se rendre indispensable. L'homme de 24 ans, dont les intérêts sont gérés par Mino Raiola, l'agent de Zlatan Ibrahimovic, a encore beaucoup à prouver en Allemagne. Etre le plus gros transfert de l'histoire du BVB n'est pas un statut facile à assumer. L'intéressé a déjà réussi une prouesse : faire que son nom, imprononçable jadis, soit aujourd'hui cité en exemple et même plébiscité par les amateurs de beau jeu. L'OM va devoir se méfier !

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant