Mitterrand avec les sinistrés de Fukushima

le
0
Le ministre de la Culture s'est rendu jeudi à l'école de Koriyama qui a perdu quarante de ses élèves lors des catastrophes de mars dernier.

Frédéric Mitterrand entre dans le gymnase de l'école primaire de Koriyama au son d'un orchestre d'enfants mené sur un rythme endiablé au piano par Yuno Suzuki, 9 ans. Devant le ministre français de la Culture, c'est l'énergie des dépossédés de l'enfance qui s'exprime. Nous sommes dans la préfecture de Fukushima, à cinquante kilomètres de la centrale éponyme, où a eu lieu, le 11 mars 2011, le pire accident nucléaire depuis Tchernobyl. Voilà quatre mois que les 350 élèves n'ont plus le droit de jouer dehors. «La radioactivité est encore de 0,5 microsievert. C'est trop dangereux», avertit Junko Furukawa, institutrice.

Ils luttent en chantant

À leur jeune âge, le mot «cancer» figure déjà en bonne place dans le lexique. La terre de la cour a été retournée. Le soupçon de contamination radioactive des aliments est tel que beaucoup de familles confectionnent leurs propres plateaux-repas. Les enfants luttent contre le césium à pleins poumons, avec leurs cha

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant