Mittal mise sur le marché automobile chinois

le
1
ARCELORMITTAL MISE SUR LA CHINE
ARCELORMITTAL MISE SUR LA CHINE

par Fayen Wong

LOUDI (Chine) (Reuters) - ArcelorMittal, le premier sidérurgiste mondial, mise sur la forte croissance du marché automobile chinois pour compenser le tassement de la demande d'acier dans le reste de l'industrie.

La coentreprise créée par le groupe avec le chinois Hunan Valin Steel démarre ses opérations ce mois-ci avec une capacité annuelle de production de 1,5 million de tonnes. En plus de produits laminés et de bobines de tôle, l'usine sortira des châssis et des roues pour l'industrie automobile.

"La demande de voitures en Chine va continuer d'augmenter. Aujourd'hui le pays produit environ 20 millions de voitures par an (...), il y a donc une demande pour ces produits de niche, comme l'acier ultra-léger", a déclaré Lakshmi Mittal, le patron du groupe, dans une interview à Reuters.

Grâce à l'essor de sa classe moyenne, la Chine est devenue il y a cinq ans le premier marché automobile mondial avec une croissance qui a frôlé les 14% l'an dernier pour dépasser le cap des 20 millions d'unités.

ArcelorMittal, qui avait lancé la coentreprise avec Hunan en 2010 pour produire des aciers spéciaux spécifiquement dédiés à l'industrie automobile, n'a pas d'autres projets d'expansion à court terme en Asie ou dans le reste du monde, en dépit de la reprise progressive de la demande aux Etats-Unis et en Europe.

"Nous n'avons pas besoin de nouvelles capacités. Nous fournirons davantage d'acier en Europe et en Amérique en augmentant l'utilisation de nos capacités existantes", a dit Lakshmi Mittal.

Le secteur sidérurgique chinois, le plus important du monde en termes de capacités et de consommation, connaît des problèmes de surcapacités mais les aciers haut de gamme pour l'industrie automobile ne sont pas concernés et le pays doit en importer du Japon et de Corée du Sud.

La coentreprise entre Mittal et Hunan fournira les constructeurs étrangers présents dans le pays et les acteurs locaux comme Geely Automotive Holdings, Dongfeng Motor Group et Shanghai Auto.

La réglementation chinoise oblige les sidérurgistes étrangers à s'allier à des partenaires locaux pour produire en Chine.

Le sud-coréen Posco s'est ainsi allié à Chongqing Iron and Steel pour construire une usine d'aciers spéciaux pour l'automobile dans l'ouest de la Chine.

Le développement des voitures électriques, qui utilisent davantage d'aluminium pour la carrosserie, est perçu par certains analystes comme un risque pour les sidérurgistes. La Chine a pour objectif d'écouler plus de cinq millions de voitures électriques d'ici 2020, ce qui représenterait alors un septième environ des ventes de voitures dans le pays.

Cette perspective n'inquiète pas le PDG de Mittal. "Mon point de vue est que l'acier présente toutes les solutions pour l'industrie automobile (...) C'est un matériau plus léger, plus résistant et plus sûr", a-t-il assuré.

(Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • c.debarg le dimanche 15 juin 2014 à 19:54

    a t il misé sur la couche d'ozone ?