Mitsubishi demande pardon aux prisonniers de guerre américains

le
0
Mitsubishi demande pardon aux prisonniers de guerre américains
Mitsubishi demande pardon aux prisonniers de guerre américains

Si Mitsubishi s'excusait ce dimanche 19 juillet, ce n'est pas pour un défaut de fabrication ou le retrait d'un de ses produits, mais bien pour avoir exploité des prisonniers américains pendant la Deuxième Guerre mondiale. Ces soldats capturés pendant les affrontements étaient forcés de travailler dans les mines du géant industriel pendant toute la période.

Hikaru Kimura, un responsable de la compagnie a adressé des «excuses pleines de remords» à James Murphy, 94 ans, l'un des rares prisonniers américains forcés à travailler au Japon encore vivant.  S'exprimant par le biais d'un interprète, le Japonais a indiqué que près de 900 prisonniers avaient été forcés de travailler dans quatre mines exploitées par la compagnie. L'ancien soldat a accepté le discours du géant de l'automobile, considérant ces regrets comme «sincères et humbles» .

«Depuis que la guerre s'est achevée il y a 70 ans, les prisonniers de guerre ayant travaillé pour ces compagnies japonaises ont demandé quelque chose de très simple, ils ont demandé des excuses», a t-il déclaré lors d'une cérémonie au Centre Simon Wiesenthal à Los Angeles, dédié à la mémoire de l'Holocauste. «Nous espérons que la bienveillance de Mitsubishi s'étende maintenant à toutes les autres mines et usines qui ont employé des prisonniers de guerre américains contre leur gré.»

Ces excuses sont donc un véritable geste historique qui intervient plus de 70 ans après le conflit.

Des excuses attendues de longue date

Mitsubishi est semble-t-il la première société japonaise à accomplir une telle démarche. Le gouvernement japonais avait pour sa part attendu septembre 2010 pour présenter ses excuses à d'anciens prisonniers de guerre américains pour les «traitements inhumains» endurés.

Mais le géant de l'automobile n'est pas le seul a avoir exploité des prisonniers.

Des milliers d'autres soldats américains ont été contraints de travailler dans des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant