Mistral russes : les factures cachées de la non-livraison

le
2
Des marins russes près du Vladivostok, à Saint-Nazaire, en 2014.
Des marins russes près du Vladivostok, à Saint-Nazaire, en 2014.

L'accord trouvé entre la France et la Russie pour la non-livraison des deux bâtiments de projection et de commandement (BPC) de classe Mistral commandés en 2011 par Moscou, prévoit un remboursement inférieur, selon Jean-Yves Le Drian, au montant initial du contrat : 1,2 milliard d'euros. Mais le ministre de la Défense s'est bien gardé d'évoquer les frais annexes. Selon Le Canard enchaîné, le total pourrait dépasser les deux milliards d'euros.

Le gros de la facture pour la France consiste en un remboursement des 896 millions d'euros qui avaient déjà été payés. Mais le chèque russe ne se limitera pas au simple remboursement : Moscou aurait exigé durant les négociations une compensation pour d'autres frais engagés, comme la formation des 400 membres d'équipage, les travaux dans le port d'attache, ou encore l'adaptation de 32 hélicoptères d'attaque KA-52 (ou K52) en version maritime KA-52K. Une grosse centaine de millions en plus qui fait monter la facture à près d'un milliard.

Deux Mistral en soldes

Mais ce n'est pas tout. L'État doit aussi prendre à sa charge le manque à gagner pour le constructeur DCNS, qui s'élève à 350 millions d'euros, selon l'hebdomadaire satirique, ainsi que les travaux de réadaptation en vue d'une vente à un autre client. La restitution à la Russie des équipements électroniques, et leur remplacement, pourrait coûter plus de 200 millions d'euros. Enfin, les frais de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp le mercredi 12 aout 2015 à 14:44

    Vivement les régionales et 2017, on n'en peut plus de ces....

  • M1310580 le mercredi 12 aout 2015 à 11:17

    Les russes fabriquent leur propre mistral avec le transfert de technologie et qui plus ils sont gagnants sur le remboursement, les charges restent à la France qui devra brader, modifier ou refourguer ses bateaux à défaut de s'en débarrasser d'une autre manière ! ceux qui ont poussé à cette situation, les américains ne les rachèterons pas et ne participerons pas à un éventuel dédommagement au coté de la France, les français sont pigeons sur toute la ligne !