Mistral, loi Taubira : au G20, Hollande renvoie Sarkozy dans les cordes

le
2
Mistral, loi Taubira : au G20, Hollande renvoie Sarkozy dans les cordes
Mistral, loi Taubira : au G20, Hollande renvoie Sarkozy dans les cordes

Même à l'autre bout du monde, François Hollande ne baisse pas la garde. Attaqué par Nicolas Sarkozy sur deux dossiers chauds du moment, la livraison des portes-hélicoptères Mistral à la Russie, et l'éventuelle abrogation de la loi Taubira sur le mariage homosexuel, le chef de l'Etat s'est défendu bec et ongles à l'issue du sommet du G20 à Brisbane, en Australie.

Samedi à Paris, l'ancien président a en effet qualifié de «piteuse» l'attitude de la France dans l'affaire des Mistral que Hollande refuse toujours de livrer à Vladimir Poutine, le président russe. «Je ne vais pas polémiquer avec un candidat à une compétition partisane et qui se laisse forcément aller à des facilités qui n'ont pas cours ici», a balayé François Hollande.

Sur le fond du dossier, le président en a profité pour préciser ses intentions. «Je prendrai ma décision en dehors de toute pression, d'où qu'elles viennent et en fonction de deux critères : les intérêts de la France et l'appréciation que j'ai de la situation», notamment en Ukraine, a affirmé Hollande alors que la Russie aurait lancé un ultimatum à la France pour une livraison fin novembre. «La question du Mistral n'a pas du tout été posée ici parce que ce n'était pas le lieu», a tenu à préciser le chef de l'Etat qui entend donc prendre son temps : «Il n'y pas pas de pression du temps non plus, pour l'instant nous sommes dans les règles». Poutine peut donc toujours attendre.

Notre question du jour : la France doit-elle livrer les navires Mistral vendus à la Russie ?

Loi Taubira : «Le débat est derrière nous»

Mais Hollande a aussi profité d'une question sur l'abrogation de la loi Taubira, souhaitée par Nicolas Sarkozy, pour défendre son bilan et sa méthode. «Cette loi est appliquée sans heurt, y compris par des maires qui à un moment avaient pu émettre des doutes, je les en remercie», a t-il relevé. Inutile donc à ses yeux de revenir sur l'une des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le dimanche 16 nov 2014 à 11:29

    Ce que les uns font les autres peuvent le défaire. Le pingouin a consacré quasiment un an a défaire les réformes du quinquennat précédent... Mais en dehors de son incompétence, il a peut être aussi des soucis de mémoire...

  • g.marti4 le dimanche 16 nov 2014 à 09:35

    Bien sûr les socialos considèrent leurs adversaires comme des diviseurs dès qu'on s'attaque à eux. FH dit en fait que sarko est le diviseur de la gauche et j'espère bien qu'il sera le réducteur.