Mister Zlatan et George Ibrahimovic

le
0

Du haut de ses 15 buts marqués sur la scène européenne avec le Paris SG, Zlatan Ibrahimovic est à un but de George Weah le meilleur buteur de l'histoire du club en coupe d'Europe. Un record que le Suédois pourrait s'octroyer, seul, contre Malmö, son premier club. Entre le Z et Mister George, qui était le meilleur, au fond ? Difficile de trancher mais on va essayer quand même.

Le plus beau but


Entre Weah et Ibrahimovic, deux époques du football s'affrontent. Celle de notre enfance et celle actuelle. George transpire les années 90, les maillots parfois immondes, les pompes noires, le vrai Ballon d'Or et les bijoux autour du cou durant les matches. Ibra, lui, est un homme des années 2000. Un joueur YouTube, HD, rapide et en flèche rouge permanente. Sur la scène européenne, les deux parisiens ont connu des moments divins. Pour le Libérien, c'était à Munich un 23 novembre 1994. Il avait débuté le match sur le banc avant de calmer tout le monde à dix minutes de la fin. Parti côté droit, il enrhume le Bayern avec des crochets avant de nettoyer la lucarne d'Oliver Kahn. Le seul but du match. Des matches où les joueurs n'avaient pas leur nom floqués au dos des maillots et Roger Zabel présentait les soirées avec des cheveux et des sièges habillés aux couleurs des clubs français. En Ligue des Champions, George Weah était stratosphérique avec le PSG. Pour Zlatan Ibrahimovic, c'est plus récent. C'était à Bruxelles en 2013, une terre pourtant habitué aux tirs ennemis. Au Parc Astrid, le Z en plante quatre dont une Madjer sur un caviar de van der Wiel. Mais le plus beau, c'est son missile du droit en dehors de la surface. Comme elle vient. Un quadruplé salué par les Belges. Un caramel qui ressemble décidément au Suédois. Puissant, insolent et lourd. Le genre de but qui repasse en boucle sur les chaînes d'infos.

Youtube
Youtube

Le plus décisif


Pour bien se rendre compte de ce qu'était George Weah durant ses trois saisons au PSG, il faut se replonger dans les stats. Il débute son épopée en 1992 en C3. Sur ses trois premiers matches, il trouve cinq fois les ficelles dont un doublé à Naples. En quart de finale, il marque contre le Real Madrid au Parc des Princes avant d'ouvrir la marque pour les siens à Turin contre la Juventus lors de la demi-finale aller. Sa campagne européenne est brillante puisqu'il marque à tous les matches importants. Rebelote la saison suivante avec l'unique but parisien en quart de finale aller sur la pelouse de…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant