Mission diplomatique saoudienne au Qatar

le
0

DUBAI, 27 août (Reuters) - Trois membres de la famille royale saoudienne, dont le prince Fayçal, chef de la diplomatie, se sont rendus mercredi au Qatar pour tourner la page de la crise diplomatique qui a éclaté en mars au sein du Conseil de coopération du Golfe (CCG). L'Arabie saoudite, Bahreïn et les Emirats arabes unis ont alors rappelé leurs ambassadeurs en accusant Doha d'avoir enfreint la règle qui interdit à tout Etat membre de s'ingérer dans les affaires intérieures des autres. Les efforts déployés pour rapprocher les positions sont jusqu'ici restés lettres mortes, mais la progression fulgurante des djihadistes de l'Etat islamique en Irak a sans doute bouleversé les priorités diplomatiques. Le ministre saoudien des Affaires étrangères est accompagné de son collègue de l'Intérieur, le prince Mohamed ben Nayef, et du chef des services de renseignement, le prince Khaled ben Bandar, selon l'agence de se presse saoudienne SPA, qui parle d'une "brève visite amicale". Sa consoeur qatarie QNA ne fournit pas plus de détail. Le Conseil a été fondé en 1981 par les pétromonarchies du Golfe (Arabie saoudite, Oman, Koweït, Bahreïn, Émirats arabes unis et Qatar) pour faire face à l'influence croissante de l'Iran. L'Arabie saoudite, Etat membre le plus important en terme de population, de dimensions et de revenus, s'efforce depuis deux ans de resserrer les liens au sein du CCG pour présenter un front uni face à Téhéran, accusé notamment d'attiser la contestation des minorités chiites dans les pays voisins. Fort de sa manne gazière, le Qatar cherche de son côté à s'imposer comme l'un des acteurs majeurs de la région, malgré ses deux millions d'habitants, ce dont Ryad s'irrite de plus en plus ouvertement. La monarchie wahhabite lui reproche en outre son soutien aux Frères musulmans, mouvement hostile aux régimes dynastiques que Ryad a classé sur sa liste des organisations terroristes. Les ministres des Affaires étrangères des Etats membres se sont rencontrés la semaine dernière pour tirer un trait sur leurs contentieux, mais le quotidien koweïtien El Watan parle de "difficultés" persistantes. Une nouvelle rencontre d'une "importance particulière" est prévue samedi. (Yara Bayoumi, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant