Mission de la dernière chance pour la Turquie en Syrie

le
0
Le ministre des Affaires étrangères d'Ankara était mardi à Damas pour exiger du président syrien Bachar el-Assad la fin de la répression, qui a déjà fait plus de 2000 morts.

Faut-il y voir un message du régime syrien au ministre turc des Affaires étrangères? Alors qu'Ahmet Davutoglu se trouvait mardi à Damas pour demander une nouvelle fois à Bachar el-Assad de mettre fin à la répression, l'armée syrienne est entrée dans Binnich, ville proche de la frontière avec la Turquie. Le chef de la diplomatie turque et le président syrien se sont rencontrés pendant six heures. Supervisée par les États-Unis, la visite d'Ahmet Davutolgu a été précédée par un échange verbal musclé entre Damas et Ankara, traduisant une nette dégradation des relations turco-syriennes.

Que le président syrien renvoie «immédiatement ses soldats dans leurs casernes et libère tous les prisonniers»: c'est, en substance, les propos que Hillary Clinton a adressés à son homologue turc dimanche, lors d'un long entretien téléphonique, a résumé Mark Toner, porte-parole du département d'État. «Elle a demandé au ministre des Affaires étrangères de répercuter ses

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant