Misrata, mauvaise conscience occidentale

le
0
Cette ville de l'ouest de la Libye est assiégée depuis deux mois par les forces de Kadhafi.

Au début des années 1990, après un siège de quatre ans, Sarajevo, la capitale bosniaque, devint le symbole de l'impuissance des pays d'Europe, incapables de mettre fin aux atrocités commises par les forces serbes. En juillet 1995, après un long et meurtrier siège, Srebrenica fut le symbole de la lâcheté de la communauté internationale, qui avait fait de cette ville de Bosnie orientale une zone de sécurité mais ne fit rien pour empêcher que 8000 Musulmans y soient massacrés par les milices du général serbe Ratko Mladic. Assiégée depuis deux mois par les troupes du colonel Kadhafi, la ville de Misrata, à l'ouest de la Libye, deviendra-t-elle celle de l'inefficacité européenne ?

La guerre élastique 

Car si l'intervention militaire a tenu sa promesse initiale, sauver Benghazi, la «capitale» des rebelles, des massacres qu'avait promis d'y perpétrer le dirigeant libyen, Misrata vit depuis un martyre, à peine adouci par l'arrivée de l'aide humanitaire l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant