Misrata fête la mort de Mouammar Kadhafi

le
0
REPORTAGE - Exposée dans une boucherie de la ville martyre, la dépouille du dictateur raconte le lynchage qui a suivi son arrestation.

Mouammar Kadhafi repose dans la chambre froide d'une boucherie de Misrata. La dépouille gît, sanglante et torse nu, sur un petit matelas au beau milieu de cette pièce, le crâne chauve luisant sous la faible lumière. Les bouchers du Souk el-Arab ont pris soin d'enlever les carcasses de moutons qu'ils y stockent habituellement. Devant la grosse porte blanche, de petits groupes d'heureux élus se pressent, piétinant de vieux cageots d'oranges pour voir les restes du dictateur dans de grands cris. On sent l'excitation. On est venu en famille, entre frères, parfois même avec des enfants.

À Misrata, ville qui a souffert plus que d'autres de cette guerre, on en veut encore au tyran déchu - peut-être plus encore maintenant qu'il est mort. «On sait que ce frigo n'est pas le lieu idéal mais c'est ce qu'on a trouvé de mieux», explique Yasine Ahmad qui, avec sa Katiba (groupe de combattants) «Shouada Square», est chargé de la garde de l'illustre dépouille. «On doit le protég

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant