Mises en examen annulées dans l'assassinat d'Antoine Sollacaro

le
0
MISES EN EXAMEN ANNULÉES DANS L'ASSASSINAT D'ANTOINE SOLLACARO
MISES EN EXAMEN ANNULÉES DANS L'ASSASSINAT D'ANTOINE SOLLACARO

AJACCIO (Reuters) - La chambre de l'instruction d'Aix-en-Provence a annulé trois mises en examen dans l'enquête sur l'assassinat de l'avocat Antoine Sollacaro, tué le 16 octobre 2012 à Ajaccio, a-t-on appris mercredi de source judiciaire.

Les magistrats ont ordonné la remise en liberté des deux principaux suspects, Mickael Ettori et André Bacchiolelli, en détention provisoire depuis avril 2013 et contre lesquels les chefs d'assassinat et de recel de la moto volée des tueurs ont été abandonnés.

Ces deux hommes présentés comme des membres de la bande du "Petit Bar", du nom d'un débit de boisson d'Ajaccio où ils se réunissaient, restent poursuivis pour association de malfaiteurs mais sont seulement placés sous contrôle judiciaire.

"Cette dernière mise en cause devrait également tomber", a estimé l'un des avocats de la défense, Me Pascal Garbarini, jugeant "qu'aucun élément matériel ne les reliait au crime".

Un troisième homme, Pascal Porri, également mis en cause au début de l'enquête mais libéré par la suite, a vu sa mise en examen pour association de malfaiteurs annulée.

"Purgeant une peine dans un autre dossier, il était sous bracelet électronique et sur Paris au moment de la commission des faits", souligne Pascal Garbarini.

Dans ce dossier, seuls Jacques Santoni, un homme lourdement handicapé présenté par les policiers comme le "cerveau de la bande du Petit Bar" et Emile Mela restent mis en cause pour une association de malfaiteurs, mais sont également libres.

Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur, avait salué le coup de filet de la police judiciaire contre un "noyau de criminels ajacciens particulièrement dangereux, piliers de la trop célèbre bande du 'Petit Bar'".

Antoine Sollacaro, pénaliste renommé qui fut entre autres l'avocat du militant nationaliste Yvan Colonna, assassin du préfet Claude Erignac, avait été tué par balles le matin du 16 octobre 2012 dans une station service d'Ajaccio par un commando à moto. Le deux-roues avait été retrouvé dans un ravin, permettant aux enquêteurs de procéder à des interpellations.

(Roger Nicoli, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant