Mise en garde sur le bisphénol A

le
0
L'Agence nationale de sécurité sanitaire a mis en évidence des risques potentiels pour la santé, des femmes enceintes et de leur foetus notamment. Elle confirme la nécessité d'en réduire l'exposition.

Trois ans de travail et un constat très ferme: le bisphénol A représente un risque potentiel pour la santé des enfants à naître et c'est l'alimentation qui «contribue à plus de 80% à l'exposition de la population». L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a publié mardi les conclusions d'un très long travail d'expertise qui porte à la fois sur le bisphénol A (BPA) et sur ses alternatives, dont certaines sont déjà utilisées par des industriels, notamment les autres bisphénols.

La nouveauté c'est que pour la première fois, l'agence a pu établir «un niveau toxicologique au-delà duquel le risque est associé», soit le niveau d'exposition au BPA à partir duquel on considère qu'il existe un risque pour l'être humain, explique Dominique Gombert, directeur ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant