Mis sur écoute, Sarkozy répète en privé qu'on «cherche à l'abattre»

le
9
Mis sur écoute, Sarkozy répète en privé qu'on «cherche à l'abattre»
Mis sur écoute, Sarkozy répète en privé qu'on «cherche à l'abattre»

Estomaqué. C'est les dents serrées que Nicolas Sarkozy a découvert l'article de Mediapart relatant des extraits plutôt épicés de conversations téléphoniques avec son avocat, Me Thierry Herzog, sur l'un des volets de l'affaire Bettencourt. Ce que l'ex-président et sa garde rapprochée redoutaient se concrétise donc : des fuites au compte-gouttes des écoutes judiciaires pratiquées sur ses téléphones depuis septembre, tel un supplice chinois.

Au risque de l'enfermer dans une nébuleuse judiciaire aux yeux de l'opinion, qui peine à suivre les rebondissements d'une affaire à tiroirs pour le moins complexe. « Il gêne, on veut le plomber ! Ça va lui nuire s'ils continuent », s'inquiète un fidèle. « Il a l'habitude de prendre des coups, mais quand même », redoute un autre.

A l'UMP, certains lâchent le mot : « berlusconisation ». « Il n'y a pas d'affaire mais un feuilleton. L'objectif du gouvernement, c'est que ça dure autant que les Feux de l'amour, c'est-à-dire jusqu'en 2017 », ironise Brice Hortefeux, gardien du temple sarkozyste.

Silence radio

Hier, les amis de l'ex-président ont semblé hésiter sur la riposte. Répondre, quitte à alimenter le « feuilleton », ou se taire, au risque d'entretenir le soupçon ? Sommé par la gauche de s'expliquer en personne sur ces accusations, Sarkozy n'est pas tombé dans le piège. Fidèle à la stratégie du mépris par le silence qu'il a calée avec ses proches depuis que l'affaire des écoutes a éclaté, il a préféré envoyer M e Herzog en première ligne pour réfuter tout trafic d'influence. « Il n'y a rien ! Rien ! C'est creux, c'est nul, ce sont des extraits sortis de leur contexte. Ça ne mérite pas de réponse ! » lâche un ami de l'ex-président. Voilà pour la contre-attaque judiciaire.

Sur le plan politique, les sarkozystes dénoncent la main supposée du pouvoir pour empêcher le come-back de leur champion. « La garde des Sceaux n'est au ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mark92 le jeudi 20 mar 2014 à 21:58

    New new sur bourso ??? écoutes du président. nouvelles news sur bourso.... Kerviel devra pas rembourser 4,9 milliards d'euros. Mais les dirigeants de la SG ??

  • mlaure13 le jeudi 20 mar 2014 à 10:34

    Nicolas tu as le retour de bâton...ce que tu as fais aux autres, se retourne contre le BlingBling...Tu n'as pas encore compris que l'on ne veut plus de TOI...pas plus que Capitaine Pédalo :-)))

  • contava4 le jeudi 20 mar 2014 à 09:53

    NICOLAS;françois tu vas le mettre + bas que terre ce gros teintéet aussi toute sa bande du gouvernement

  • M3365316 le jeudi 20 mar 2014 à 09:22

    et il a tout fait pour, attendons les autres affaires maintenant que le corbeau va raser les murs à la chancellerie

  • M6486201 le jeudi 20 mar 2014 à 09:21

    Nicolas tu auras ta revanche en 2017 :premiers dossiers :1)ISF dr Gromou 2)provenance des 7 millions d'euros du fils Fabius etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,etc, etc ,etc, etc, etc,.3.....

  • M3365316 le jeudi 20 mar 2014 à 09:20

    Rodde 12 , arretes tes ctrl c ctrl v

  • mlaure13 le jeudi 20 mar 2014 à 09:20

    UMP/PS, ne sortent pas grandis de ces affaires, ou l’on voit qu’ils sont capables de TOUT…pour se procurer ou garder le pouvoir, uniquement à leurs profits, familles, copains, et courtisans…et tout ça, au détriment d’une gestion saine des institutions et des citoyens et de la France, qui s’effondre année après année, … la démocratie est phagocytée…A quand le coup de bulldozer dans ce tas de fu-mier des plus nauséabond ?...

  • rodde12 le jeudi 20 mar 2014 à 09:17

    Ils lâchent leur bile. S'il y avait autre chose que des rapports sur des conversations ou des vantardises d'avocats, ce serait déjà sur la place publique. Il appartiendra à la "justice " de prouver qu'il y a eu des malversations ou de pénaliser le délit d'opinion. Mais ces "révélations" sont en elles même cra puleuses. Il y a bien un coupable et c'est pour des raisons politiques. Cà c'est un vrai scanda le.

  • jean-648 le jeudi 20 mar 2014 à 08:57

    On ne l'a pas encore abattu ?? mais qu'attend on ???