Mis en concurrence, les gérants acceptent de revoir leurs commissions de gestion selon bfinance

le
0
(NEWSManagers.com) - bfinance, cabinet indépendant de conseil en services financiers dédié aux entreprises et aux investisseurs institutionnels vient de publier sa troisième étude annuelle sur les commissions de gestion (1). D' où il ressort, tout d' abord, que ces commissions sont restées globalement stables l' an dernier, hormis quelques légères tensions perceptibles sur les classes d' actifs les plus demandées (actions émergentes, dette émergente).

L' étude livre également des éléments chiffrés sur les baisses de frais concédées par les gérants en comparant les propositions initiales et les frais finalement négociés par les investisseurs à l' issue de la procédure d' appel d' offres. Au final, les gérants sélectionnés par bfinance acceptent de réduire significativement leurs commissions lorsqu' ils sont placés en concurrence ouverte jusqu' à la décision finale de l' investisseur. L' analyse de deux cas pratiques d' optimisation des frais financiers payés par un investisseur institutionnel met en évidence les bénéfices à retirer d' une mise en concurrence des sociétés de gestion dans le cadre d' un processus indépendant.

" A titre d' exemple" , précise un communiqué, " sur la base d' un portefeuille de référence d' un milliard d' euros, suivant une allocation d' actifs représentative du monde institutionnel français et géré pour moitié en interne (sur la partie obligataire souveraine), les frais financiers de la gestion déléguée peuvent être réduits d' environ 2,5 % si l' investisseur choisit d' optimiser ses frais en limitant au maximum le nombre de ses mandats. Cependant, un même investisseur, qui ferait le choix de conserver plusieurs gérants par classes d' actifs à des fins de diversification du risque, peut atteindre des réductions de frais largement plus significatives s' il place sa sélection de gérants dans un cadre ouvert et transparent, propice à la négociation." Via les appels d' offres conduits avec l' aide de bfinance, la réduction des frais financiers dépasse 20 % sur la totalité de la gestion déléguée.

Autre enseignement : en comparant les frais de gestion fixes et les structures avec commissions de surperformance proposées par les gérants, l' étude souligne également que ces derniers suivent des hypothèses particulièrement conservatrices quant à l' alpha qu' ils pensent pouvoir générer. Aussi, " sur des gestions actives actions zone euro / Europe, la rémunération avec commissions de surperformance devient plus avantageuse pour la moitié des sociétés de gestion la proposant, dès lors que l' alpha généré est supérieur à 1 %. Surtout, jamais une société de gestion ne propose spontanément une offre qui nécessiterait de battre le benchmark d' au moins 2 % !" Dans ce cadre, note-t-on chez bfinance, si les systèmes de rémunération fondés sur les commissions de performance sont intéressantes parce qu' elles permettent d' aligner les intérêts des investisseurs et des gérants, les investisseurs doivent, avec l' aide de leurs conseils, systématiquement chercher à rééquilibrer en leur faveur les offres initialement formulées par les gérants.

Enfin, à titre d'illustration figure ci-joint un tableau reprenant les commissions de gestion avant négociation en fonction de la taille du mandat et des classes d'actifs considérées. On notera qu'en première cotation, les réductions de frais offertes pour des mandats de taille plus importante ressortent très limitées.

(1) L' enquête a été réalisée sur la base des réponses reçues dans le cadre d' appels d' offres en sélection de gérants menés par le cabinet. Elle a porté sur un échantillon de 50 appels d' offres portant sur les classes d' actifs les plus largement répandues au sein des portefeuilles institutionnels, 1 200 réponses de 350 sociétés de gestion ont été analysées.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant