Mirabaud pousse les feux de sa gestion institutionnelle

le
0
(NEWSManagers.com) -
Antonio Palma, associé et CEO, a indiqué lors d'une présentation à Paris le 19 novembre que la banque privée suisse Mirabaud & Cie affiche actuellement environ 18 milliards d'euros gérés et conseillés, dont 4 milliards pour des investisseurs institutionnels et 4 milliards dans l'alternatif. En l'espace d'une décennie à peu près, la part de la clientèle institutionnelle est donc passée de zéro à quelque 25 %, signe que l'établissement genevois a réussi une première diversification de son portefeuille de clients. A présent, Mirabaud se propose de passer à la vitesse supérieure en gestion institutionnelle, en Suisse, en France (avec Mirabaud Gestion) et " en Europe" , essentiellement au Royaume-Uni et en Espagne dans un premier temps, d'après Lionel Aeschlimann, membre du comité exécutif responsable de la gestion d'actifs.
" Les institutionnels veulent de la régularité, de la solidité et des performances. Nous leur proposons des produits qui sont censés préserver leur capital et nous mettons l'accent sur la gestion du risque aussi bien dans notre gestion traditionnelle actions en fonds et mandats qu'en gestion alternative où nous nous concentrons pour cela sur les stratégies les plus liquides" , poursuit Lionel Aeschlimann.

La pépite de l'alternatif

D'après Johan Olson, responsable des relations investisseurs, département des fonds, et spécialiste des hedge funds, les trois stratégies principales des huit fonds de fonds, qui pèsent au total quelque 3 milliards d'euros, sont le long/short equity, le global macro et le CTA. De fait, Mirabaud a lancé son premier fonds de fonds alternatifs en Suisse en 1973, et la maison se targue de ne pas avoir eu recours aux " gates" et autres " side-pockets" durant la crise de 2008. Elle a seulement mis en place un préavis de 20 jours et a toujours pu honorer les demandes remboursements, même si cette particularité lui a inéluctablement coûté des encours.
" En règle générale" , souligne Johan Olson, " les portefeuilles de nos fonds de fonds alternatifs comprennent environ 30 lignes de sous-jacents. Et ils capturent entre 70 et 80 % des hausse tout en ne supportant que 30 % des baisses" .
Antonio Palma indique que Mirabaud a également deux fonds alternatifs " single manager" , l'un au Royaume-Uni de 35 millions de livres environ, l'autre en Suisse, de quelque 60 millions de francs, mais que ces deux produits ne sont pas autorisés à figurer dans la sélection des fonds de fonds.
D'autre part, la maison suisse se propose de commercialiser très prochainement un newcits multistratégies pour lequel un agrément sera sollicité aussi en France, au Royaume-Uni et en Espagne, où travaille Mirabaud Gestión, dirigée par Antonio Hormigos de la Casa, président et administrateur délégué, un ancien de Venture Finanzas (lire notre article du 30 juin).

Gestion de haute conviction

En France, où Mirabaud a désormais franchi le cap du milliard d'euros d'encours et où la banque genevoise compte ouvrir une activité de teneur de comptes en 2011, dixit Antonio Palma, la filiale Mirabaud Gestion AM s'attache à mettre en ?uvre une gestion de conviction sur la base d'une sélection de titres. Marco Bruzzo, directeur général délégué et gérant des fonds Mirabaud Euro Actions (150 millions d'euros) et Mirabaud France Actions (35 millions) explique que son objectif est de suivre la croissance là où elle se trouve, de sorte que les 40-50 lignes en portefeuille correspondant souvent à des entreprises qui ont une partie significative de leur activité dans les pays émergents et/ou dont certaines divisions sont simplement ignorées dans la valorisation de l'ensemble, comme ce peut être le cas pour Daimler et Unilever. Pour le premier, l'objectif de cours se situe par exemple à 64 euros contre environ 50 euros actuellement (la division camions n'est comptabilisée par le marché que pour 10 euros).
Dans la gestion traditionnelle également, la doctrine de Mirabaud consiste à maîtriser le risque et à limiter les pertes. Le tout avec un a priori de stabilité, puisque 80 % des titres restent en portefeuille au moins dix-huit mois.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant