Minute comparant Taubira à un singe : prison avec sursis requise

le
9
Minute comparant Taubira à un singe : prison avec sursis requise
Minute comparant Taubira à un singe : prison avec sursis requise

Trois mois de prison avec sursis et 10 000 ¤ d'amende ont été requis ce mercredi contre le directeur de la publication de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, Jean-Marie Molitor, pour sa une comparant la ministre de la Justice Christiane Taubira à un singe. Le tribunal correctionnel de Paris a mis sa décision en délibéré au 30 octobre.

Dans son édition du 13 novembre 2013, le journal avait publié une photo de la garde des Sceaux titrée «Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane». Et ce alors que Christiane Taubira avait été la cible peu de temps auparavant d'injures racistes. Une «surenchère» dénoncée par la procureur Aurore Chauvelot, pour qui le délit d'injure publique raciale est constitué.

La magistrate a en outre requis contre Jean-Marie Molitor un mois de prison avec sursis et 5000 ¤ d'amende pour un dessin paru deux semaines plus tôt, qui faisait un rapprochement similaire. Contre le dessinateur, la magistrate a requis 2000 ¤ d'amende, dont la moitié avec sursis.

Passé relativement inaperçu, ce dessin publié le 30 octobre représentait un singe, versant une larme, dont l'avocat déclarait : «Mon client porte plainte pour avoir été odieusement caricaturé en madame Taubira».

«Une injure à l'humanité toute entière»

Après la parution de la une qui avait suscité une vague d'indignation, la ministre avait dénoncé des propos «d'une extrême violence», qui «dénient mon appartenance à l'espèce humaine». «J'encaisse le choc mais c'est violent pour mes enfants, pour mes proches et pour tous ceux qui ont une différence», avait-elle ajouté.

Dans la presse comme devant les enquêteurs, le directeur de la publication de Minute, Jean-Marie Molitor, absent à l'audience, s'était défendu de tout racisme, reconnaissant que cette Une était de «mauvais goût». Selon lui, l'hebdomadaire n'est «pas un journal d'extrême droite», mais «libre et indépendant». Il a assumé cette Une, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9299032 le jeudi 25 sept 2014 à 11:09

    Et quand elle ment dans l'hémicycle, pas de sanction? Ce gouvernement me donne la nausée

  • mlaure13 le jeudi 25 sept 2014 à 10:28

    La France tremble devant l'abject !!!...

  • ppetitj le jeudi 25 sept 2014 à 09:45

    Tiendra-t-elle les mêmes propos lors des insultes de son ami Bedos contre Nadine Morano ? Ou alors la justice ne s'appliquera-t-elle que dans un seul sens....

  • gaypelis le jeudi 25 sept 2014 à 08:51

    quand elle arrêtera de donner plus de droits aux délinquants qu'aux victimes, sans doute sera-t-elle considérée autrement. l'empathie et la compassion pour les victimes devraient être sa priorité.

  • mucius le jeudi 25 sept 2014 à 08:08

    Les atteintes à la liberté d'expression deviennent de plus en plus fréquentes dans ce pays sous prétexte de bons sentiments, de repentance et de conformisme. Le tout avec la complicité de la "justice" maintenant!

  • bobby93 le jeudi 25 sept 2014 à 07:38

    ses potes indépendantistes ils traitent les blancs de quels nom d'oiseaux...ahh la c'est normal....qui sème le vent récolte la tempête.....

  • delapor4 le jeudi 25 sept 2014 à 01:59

    Lisons Minute, il y a là encore un tout petit espace de liberté.

  • jean-648 le mercredi 24 sept 2014 à 21:12

    On ne voit rien quand on se contente de regarder M940878.........

  • M940878 le mercredi 24 sept 2014 à 20:44

    Là je ne vois pas pourquoi cette condamnation