Minima sociaux : le changement, c'est pas pour maintenant !

le , mis à jour à 09:05
0
Minima sociaux : le changement, c'est pas pour maintenant !
Minima sociaux : le changement, c'est pas pour maintenant !

Le grand soir des minima sociaux attendra. Dans un rapport remis au printemps, l'actuel secrétaire d'Etat à l'Industrie Christophe Sirugue, alors simple député, préconisait cette grande réforme de « simplification ». L'idée ? fusionner en un seul la plupart des dix minima sociaux attribués aujourd'hui à plus de 4 millions d'allocataires leur assurant un minimum de ressources pour vivre.

 

Hier à Matignon, où Manuel Valls avait évoqué à plusieurs reprises ce « grand projet pour la gauche » — il y a quelques jours encore à l'occasion d'un discours d'hommage à Michel Rocard, créateur du RMI —, l'entourage du Premier ministre a mis fin au suspense : « Cette réforme ne sera pas dans le projet de loi de finances » de 2017. Ni même d'ailleurs dans un autre projet de loi... Non ! Le revenu dit universel garanti ou d'existence a été rangé au rayon des promesses du futur candidat de la gauche à la présidentielle de 2017. En clair, si la gauche reste au pouvoir l'an prochain, ce ne sera pas avant des années qu'elle mettra cette réforme en œuvre !

 

La décision a été tranchée. Sans doute pour ne pas ajouter d'huile sur le feu dans un dossier sensible — la question du financement des aides sociales — opposant depuis des mois l'Etat et les départements qui ont à leur charge le RSA, notamment...

 

 

Le rapport Sirugue prévoyait que la mise en œuvre d'un revenu de base devrait aller de pair avec une réforme fiscale. A Matignon, on préfère mettre en avant un calendrier peu propice. « C'est un chantier inouï et difficile à lancer en fin de mandature. Cela prendra sans doute des années pour le mener à bien », fait valoir un conseiller du Premier ministre.

 

« Les débats sur le sujet sont extrêmement virulents entre droite et gauche », sussure un autre membre du cabinet, pointant le manque de consensus sur cette question délicate.

 

Quoi qu'il en soit, plusieurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant