Mineurs: Facebook modifie ses paramètres, les observateurs partagés

le
0
Mineurs: Facebook modifie ses paramètres, les observateurs partagés
Mineurs: Facebook modifie ses paramètres, les observateurs partagés

Plus de restriction ou plus de souplesse ? Les réactions des observateurs étaient partagées après la double modification par Facebook des paramètres de confidentialité des mineurs : leurs messages seront moins visibles mais les 13-17 ans pourront aussi publier des contenus accessibles à tous les utilisateurs.Facebook, le réseau social aux 1,2 milliard d'utilisateurs, a annoncé mercredi une évolution à deux niveaux de ses paramètres de confidentialité pour les nouveaux inscrits mineurs.D'un côté, "les jeunes de 13-17 ans qui ouvrent un compte Facebook se verront désormais proposer un paramétrage limité à une audience +amis+ par défaut. Il s'agit donc d?une audience plus restrictive puisque auparavant le partage par défaut était proposé aux +amis d?amis+", explique le groupe dans son communiqué. De l'autre côté, les mineurs pourront désormais publier des contenus visibles par tout le monde en réglant les paramètres de confidentialité sur "public", ce qui n'était pas possible jusqu'à présent, le niveau maximum de diffusion étant "amis d'amis"."D'un côté, on observe plus de restrictions et d'un autre moins de restrictions. Alors quel est le discours de Facebook ?", s'interroge Pascale Garreau, responsable du programme éducatif Internet sans crainte."Il ne faudrait pas que ce soit l'arbre qui cache la forêt. Il y a des points de vigilance importants", renchérit Sophie Nerbonne, directrice adjointe des affaires juridiques de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil).Pour justifier cette plus grande visibilité des messages des mineurs, Facebook explique notamment que "les jeunes s?expriment déjà publiquement sur un certain nombre de plateformes, de sites et de services", en référence à d'autres réseaux sociaux comme Twitter ou ask.fm, où la majorité des messages sont visibles par tous. Disant vouloir "répondre à cette évolution", ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant